Infection au virus Zika : Possible en Belgique ?

Plusieurs centaines de milliers de personnes ont été infectées en Amérique latine. Le virus se révèle extrêmement dangereux pour les femmes enceintes. Portrait d'un moustique "porte-flingue", repéré en Belgique.

Sophie Devillers et V. Dauchot
Infection au virus Zika : Possible en Belgique ?
©AFP

Il est reconnaissable à la ligne blanche qui traverse son thorax noir et doit son nom aux rayures qu’il porte sur les pattes. Le moustique-tigre, avec son cousin le moustique Aedes aegypti, fait trembler l’Amérique latine, mais aussi bien d’autres pays dans le monde. Ces deux moustiques sont en effet des "vecteurs" de maladies. Ces moustiques, s’ils sont infectés par la dengue, le chikungunya ou le virus Zika, peuvent, lorsqu’ils piquent l’homme, lui transmettre l’agent infectieux qui causera la maladie.

Colonisation en progression

Si Aegypti est plus fragile car sensible au froid, Aedes albopictus (ou moustique-tigre) est plus sournois vu sa capacité à se cacher dans la végétation. Il résiste en outre mieux aux températures plus fraîches. C’est lui qui inquiète particulièrement les pays d’Europe, dans le cadre de l’épidémie de virus Zika en cours, même si aucun foyer ne s’est déclaré sur le vieux continent.

Originaire d’Asie, cette espèce parmi les plus invasives du monde progresse de façon marquante. Le moustique-tigre est à présent retrouvé en Europe occidentale. Et occasionnellement en Belgique. "Dans le monde, l’Aedes aegypti (NdlR : originaire d’Afrique et présent dans les pays tropicaux) est le plus répandu, c’est le principal vecteur de Zika. Mais la présence du moustique-tigre n’a fait que progresser ces dix dernières années", explique Marc Coosemans, entomologiste médical, spécialiste des vecteurs de maladies à l’Institut de médecine tropicale d’Anvers. Les deux moustiques sont présents en Europe. On trouve des Aegypti à Madère, dont ils apprécient la chaleur, et où ils sont à l’origine d’une épidémie de dengue.

Mais les moustiques-tigres, eux, sont présents dans le tout le bassin méditérannéen. En France, ils ont causé plusieurs cas de dengue et de chikungunya. "C’est une nuisance importante, juge le Pr Coosemans. On en trouve une grande quantité dans les villes italiennes, dans le Midi de la France. Ils remontent jusqu’au nord de Lyon. Pour le moment, cette colonisation en progression vers le Nord est limitée par les températures". C’est la globalisation qui a permis l’arrivée ces "Aedes" sous nos latitudes. A l’état adulte, ils voyagent en priorité via le transport de marchandises, dans les containers. Les œufs qui y sont pondus peuvent survivre des mois en absence d’eau. Et les containers ainsi contaminés circuleront dans le monde entier et dissémineront l’espèce… "Et, après, au sein du continent, on voit que la progression du moustique-tigre suit les grands axes routiers : ils voyagent en camion !"

Deux à quatre "tigres" par an en Belgique

Depuis une dizaine d’années, on retrouve régulièrement des moustiques-tigres en Belgique "Mais une infection au virus Zika sur notre territoire est hautement improbable, assure Marc Coosemans. Par an, on ne retrouve sur toute la Belgique que deux, trois voire quatre moustiques-tigres. Et dans des endroits très localisés, "à risque", que nous monitorons et traitons avant que la pupe ait le temps d’éclore." Ces moustiques "importés" apprécient les usines où l’on "rechape" les pneus de grande taille, eux aussi importés. Ainsi que les serres des sociétés important des plantes "Lucky bamboo" de pays exotiques.

Si la chaleur des serres permet aux "tigres" de survivre à l’hiver, ils n’ont aucune chance à l’extérieur. Du moins pour le moment, car nos hivers sont encore trop rudes. Mais le Pr Coosemans craint le réchauffement climatique, qui pourrait généraliser les hivers doux. "Avec le réchauffement, on pourrait voir la colonisation par ce moustique de régions plus au Nord, dont la Belgique." De leur côté, les "tigres", au fil du temps, pourraient s’adapter à des hivers assez froids. L’expert, lui, réclame des moyens structurels pour mener davantage de contrôles dans les lieux à risque et "cataloguer" les insectes.

Infection au virus Zika : Possible en Belgique ?
©IPM

Le virus avait déjà été identifié en Ouganda

Personne ou presque n’avait entendu parler du Zika avant de prendre connaissance de la terrible épidémie qui frappe l’Amérique latine depuis plusieurs semaines. Pourtant, ce virus n’a rien d’une découverte, il avait déjà été identifié en 1947 sur des singes de la forêt Zika en Ouganda.

Mais le moustique-tigre - porteur du Zika - a longtemps été cantonné aux territoires de l’Afrique et de l’Asie, où il était essentiellement redouté pour la transmission de deux autres formes de fièvre : la dengue et la chikungunya.

La vague actuelle de Zika est donc surprenante de par son expansion territoire et inquiétante pour ses effets, car l’épidémie actuelle semble faire découvrir au monde entier la dangerosité du virus pour les femmes enceintes, alors que le climat sud-américain convient particulièrement à la prolifération des moustiques.


Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...