Menace sanitaire: Le virus Zika se propage de "manière explosive"

L'épidémie de Zika, bénigne en apparence mais soupçonnée de provoquer une grave malformation congénitale, "se propage de manière explosive" sur le continent américain. L'OMS s'attend à 3 à 4 millions de cas sur le continent américain!

AFP

L'épidémie de Zika, bénigne en apparence mais soupçonnée de provoquer une grave malformation congénitale, "se propage de manière explosive" sur le continent américain, a annoncé jeudi la directrice générale de l'OMS, qui a annoncé une réunion du comité d'urgence le 1er février. "Le virus a été détecté l'an dernier dans la région des Amériques, où il se propage de manière explosive", a déclaré Margaret Chan lors d'une réunion d'information aux Etats membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève. L'OMS s'attend à 3 à 4 millions de cas sur le continent américain!

Actuellement, "des cas ont été notifiés dans 23 pays et territoires dans la région. Le niveau d'alerte est extrêmement élevé", a-t-elle ajouté.

Face à la gravité de la situation, Mme Chan a décidé de convoquer un comité d'urgence le 1er février. Les experts devront décider si l'épidémie constitue "une urgence de santé publique de portée internationale", a précisé l'OMS dans un communiqué.

L'organisation est particulièrement inquiète du fait de "la possibilité d'une propagation au niveau international".

L'OMS craint par ailleurs une "association probable de l'infection avec des malformations congénitales et des syndromes neurologiques", mais aussi "le manque d'immunité parmi la population vivant dans les régions nouvellement infectées" et "l'absence de vaccins, de traitements spécifiques et de tests de diagnostic rapides".

"En outre", a souligné Mme Chan, "la situation découlant d'El Nino (phénomène climatique particulièrement puissant depuis 2015) devrait cette année accroître le nombre de moustiques".

Comme la dengue et le chikungunya, Zika, qui tire son nom d'une forêt en Ouganda où il a été repéré pour la première fois en 1947, se transmet par piqûre de moustique du genre Aedes aegypti ou Aedes albopictus (moustique tigre).

En Amérique latine, le pays le plus touché par le Zika est le Brésil.

Même si le lien causal direct entre virus et complications - comme la microcéphalie - n'a pour le moment pas été établi, la Colombie, le Salvador, l'Equateur, le Brésil et la Jamaïque recommandent désormais aux femmes de ne pas tomber enceintes.

Possible transmission du virus Zika par transmission sexuelle selon deux cas

Deux cas d'infection par le virus Zika laissent penser qu'une transmission par contacts sexuels serait possible, a indiqué jeudi une haute responsable sanitaire américaine. "On nous a indiqué un cas d'infection par le virus Zika dont la transmission s'est peut-être faite sexuellement", a dit la Dr Anne Schuchat, directrice adjointe des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) lors d'une conférence de presse téléphonique. Dans un autre cas, "le virus (vivant) a été détecté dans le sperme d'un homme deux mois après l'apparition des symptômes de l'infection", a-t-elle ajouté en réponse à une question.

De tels cas "rendent biologiquement plausible une transmission par contacts sexuels mais la science est très claire à ce stade à savoir que le virus Zika se transmet essentiellement par la piqûre d'un moustique infecté", a souligné la Dr Schuchat. De ce fait "c'est là qu'il faut concentrer nos efforts", a-t-elle insisté.

Selon le New York Times, l'homme dont le sperme était contaminé avec le virus Zika est un résident de Tahiti qui a été exposé à une épidémie en Polynésie française en 2013.

Les chercheurs français ont découvert un niveau viral élevé dans son sperme même après que le virus Zika eut totalement disparu de son sang. Le virus a également été trouvé dans ses urines.

Le seul cas connu de possible transmission sexuelle a été rapporté en 2008.

Trois Canadiens infectés à l'étranger par le virus

Trois citoyens canadiens ont été infectés par le virus Zika, alors qu'ils étaient en déplacement à l'étranger, ont indiqué jeudi les autorités sanitaires canadiennes. "Il y a trois cas au Canada", a dit un porte-parole du ministère canadien de la Santé, sans pouvoir confirmer les pays où ces trois individus ont contracté le virus.

Un premier cas concerne un habitant d'Alberta, contaminé lors d'un voyage à l'étranger, selon les services sanitaires de cette province de l'Ouest canadien.

Les deux autres malades résident en Colombie-Britannique (côte pacifique) et ont été infectés au Salvador, pour l'un, et en Colombie, pour l'autre, a indiqué le ministère de la Santé de cette province.

Aucune de ces trois personnes contaminées n'étaient enceinte et toutes sont déjà guéries.

New York : trois nouvelles personnes atteinte du virus Zika

Trois personnes à New York, dont une femme enceinte, ont contracté le virus Zika lors d'un voyage dans un pays infecté, ont annoncé jeudi les autorités sanitaires de la plus grande ville américaine. Elle viennent s'ajouter à quatre autres personnes touchées dans l'Etat de New York, dont trois cas, qui avaient été rendus publics le 23 janvier.

Toutes les personnes affectées ont voyagé hors des Etats-Unis dans des régions où le moustique tigre, vecteur du virus, progresse rapidement. Une des personnes contaminées est complètement guérie et les autres vont mieux, avaient indiqué la semaine dernières les autorités sanitaires.

Aucun cas d'infection directe n'a encore été enregistré aux Etats-Unis où 31 personnes ont été infectées en voyageant dans des pays où le virus est actif, selon des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies. Les Etats-Unis ont recommandé aux femmes enceintes de ne pas voyager dans 22 pays d'Amérique latine et des Caraïbes.

La responsable des services de santé de New York, Mary Bassett, a réitéré ces propos jeudi. "Nous conseillons vivement aux femmes enceintes de repousser" tout voyage dans les régions infestées, a déclaré Mme Bassett. "Nous pouvons nous attendre à plus de cas", a-t-elle ajouté.

Il n'existe pas de traitement curatif, ni de vaccin contre la maladie, seulement des traitements des symptômes. Ces manifestations sont le plus souvent de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures) avec des éruptions cutanées, et se manifestent dans les trois à 12 jours qui suivent la piqûre par le moustique.