Refroidir le cerveau dans les 6 heures suivant un accident vasculaire cérébral : un traitement sûr et bien toléré

C'était en 2012, on se souvient que les neurologues présents ce 20 mars à Bruxelles étaient " très excités " de pouvoir annoncer le lancement de leur programme, baptisé EuroHYP-1, un essai clinique paneuropéen de phase 3 visant à évaluer les bienfaits du refroidissement thérapeutique modéré chez les patients adultes victimes d’AVC (accident vasculaire cérébral) ischémique aigu.

Laurence Dardenne
Refroidir le cerveau dans les 6 heures suivant un accident vasculaire cérébral : un traitement sûr et bien toléré
©DR

C'était en 2012, on se souvient que les neurologues présents ce 20 mars à Bruxelles étaient "très excités " de pouvoir annoncer le lancement de leur programme, baptisé EuroHYP-1, un essai clinique paneuropéen de phase 3 visant à évaluer les bienfaits du refroidissement thérapeutique modéré chez les patients adultes victimes d’AVC (accident vasculaire cérébral) ischémique aigu.

Vendredi, ils ont présenté les résultats de cet essai paneuropéen financé par la Commission européenne dans le cadre du septième programme-cadre: le refroidissement du cerveau dans les six heures suivant un AVC semble être sûr, bien toléré et efficace. L'hypothermie thérapeutique pourrait se présenter comme un traitement de choix des AVC, qui ne bénéficient que d'un nombre limité de thérapies.

L'hypothermie thérapeutique, ou refroidissement, est déjà utilisée efficacement dans la réduction des lésions cérébrales ischémiques à la suite d'un arrêt cardiaque et de traumatismes périnatals. "Elle agit probablement en induisant une sorte d'hibernation dans le cerveau, minimisant le besoin d'oxygène et prévenant d'autres lésions", ont expliqué les neurologues présents vendredi à Bruxelles.

Les patients positifs

Pour étudier l'innocuité et la tolérance du refroidissement thérapeutique, 62 patients ont été inclus dans l'essai clinique EuroHYP-1 mené en Belgique, au Danemark, en France, en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni. Les sujets ont qualifié leur expérience de "positive", et la grande majorité d'entre eux (72 %) étaient susceptibles ou très susceptibles de recommander le refroidissement thérapeutique à d'autres personnes. "Si l'efficacité attendue de ce traitement est également prouvée et confirmée, il est prévu que celui-ci contribue à la transformation des soins des accidents vasculaires cérébraux aigus à l'échelle mondiale, de façon semblable à l'introduction de la thrombolyse par voie intraveineuse en 1995", ont souligné les neurologues.

Les chercheurs d’EuroHYP-1 ont l'intention d'explorer de nouvelles possibilités d'amélioration de l'offre du refroidissement thérapeutique, dont l'introduction d'une nouvelle technologie de refroidissement comportant un meilleur profil de tolérance grâce à une détection automatique des frissons, qui est l'une des mesures qui sont testées actuellement.

"Au cours des six prochains mois, le consortium d’EuroHYP-1 va s'apprêter à commencer à inclure des patients sur plus de 30 sites d'essais supplémentaires dans les hôpitaux de 16 pays, dont l'Autriche, la République tchèque, la Finlande, l'Irlande, l'Italie, la Lituanie, la Pologne, la Suède et la Turquie", a annoncé le Dr Malcolm Macleod, professeur de neurologie et de neurosciences translationnelles à l'Université d'Edimbourg, au Royaume-Uni, et l'un des chercheurs principaux dans le cadre de ces essais cliniques. « Grâce à ces pays et à ces sites supplémentaires, nous prévoyons une augmentation de l'inclusion des patients dans cet essai clinique, ce qui nous permet d'envisager la finalisation de cette étude dans moins de 3 ans. Il est important de signaler que l'efficacité du refroidissement thérapeutique peut être démontrée avec uniquement 250 patients si l'amélioration de l'état de santé obtenue est équivalente aux résultats du traitement par thrombectomie, un traitement très efficace dont, malheureusement, peu de patients bénéficient actuellement. Notre objectif est cependant de recruter jusqu'à 800 patients au total, pour nous assurer de pouvoir observer une amélioration significative de l'état de santé résultant du traitement par refroidissement thérapeutique ».

Objectif: recruter 730 patients supplémentaires

"L'objectif principal de notre consortium de recherche est actuellement de recruter 730 patients supplémentaires atteints d'un accident vasculaire cérébral ischémique aigu dans un délai relativement bref, pour déterminer les avantages du traitement par refroidissement thérapeutique », a pour sa part indiqué le Pr Dr Stefan Schwab, professeur et président du service de neurologie de l'Université Friedrich-Alexander d'Erlangen-Nuremberg, en Allemagne, qui a été à l'avant-garde de nombreux essais menés dans le passé qui utilisent l'hypothermie pour les accidents vasculaires cérébraux, et qui dirige maintenant le Consortium.

A savoir

Sur la base de l'examen des études sur les accidents vasculaires cérébraux menées depuis 1950, les chercheurs ont constaté que, sur 85 médicaments prometteurs, il a été prouvé que seulement deux sont bénéfiques : l'aspirine, et un dissolvant de caillots connu sous le nom d'activateur tissulaire du plasminogène. "Nous espérons que, par le biais d'EuroHYP-1, un réseau de recherche paneuropéen financé par la Commission européenne, nous serons en mesure d'identifier un nouveau traitement pour les patients victimes d'accidents vasculaires cérébraux dans quelques années", a déclaré, vendredi, le Dr Bernd Kallmûnzer, du service de neurologie de l'Université Friedrich-Alexander d'Erlangen-Nuremberg, en Allemagne.

En collaboration avec les PME européennes

Les chercheurs d’EuroHYP-1 collaborent étroitement avec les PME européennes (les petites et moyennes entreprises), les aidants à identifier de nouvelles possibilités de développement de produits qui pourraient améliorer l'offre de l'hypothermie thérapeutique. Les dispositifs de refroidissement thérapeutiques développés, fabriqués et commercialisés en Europe sont inclus dans l’essai'EuroHYP-1, et permettent une offre efficace du traitement du refroidissement thérapeutique.