Plus belle, la vie, après un AVC ? C’est lui qui le dit !

Un pseudo borsalino au ruban rose sur la tête, assorti à la chemise et aux chaussettes, Antoine Audouard débarque, tout sourire bien que "traînant la patte", comme il aurait pu dire, en cette belle journée ensoleillée. Peut-être un temps comme celui qu'il faisait le 28 juin 2012 alors que " par un beau midi de début d'été, écrit-il dans les premières lignes de "Partie gratuite", j'ai émergé d'une sieste pour découvrir que le côté gauche de mon corps était paralysé et que toute la partie gauche du monde avait disparu".

lll
©FLEMAL JEAN-LUC
Laurence Dardenne
Un pseudo-borsalino au ruban rose sur la tête, assorti à la chemise et aux chaussettes, Antoine Audouard débarque, tout sourire bien que "traînant la patte", comme il aurait pu dire, en cette belle journée ensoleillée. Peut-être un temps comme celui qu'il faisait le 28 juin 2012 alors que " ...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet