Michaël Gillon, chasseur d'exoplanètes: "On a fait un bond énorme ces dix dernières années, mais le meilleur est à venir"

La première exoplanète a été découverte en 1995. Désormais, on a répertorié environ 4000 de ces planètes qui tournent autour d’une étoile autre que le Soleil et donc n’appartiennent pas à notre système solaire. L’espoir est d’y trouver des traces de vie, notamment en étudiant leur atmosphère. Mais “le meilleur reste à venir”, juge l’astronome Michaël Gillon (ULiège), qui a obtenu une reconnaissance internationale grâce à la découverte des exoplanètes Trappist, susceptibles d’abriter des biosignatures (preuves de présence de vie, comme des molécules).

La première exoplanète a été découverte en 1995. Désormais, on a répertorié environ 4000 de ces planètes qui tournent autour d’une étoile autre que le Soleil et donc n’appartiennent pas à notre système solaire. L’espoir est d’y trouver des traces de vie, notamment en étudiant leur atmosphère. Mais “le meilleur reste à venir”, juge l’astronome Michaël Gillon...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité