L'équipe russe ayant tourné le premier film dans l'espace de retour sur Terre

L'actrice et le réalisateur russes qui ont séjourné pendant 12 jours à bord de la Station spatiale internationale (ISS) pour y tourner le premier film dans l'espace ont atterri dimanche matin sur Terre.

La capsule Soyouz MS-18 transportant Ioulia Peressild, Klim Chipenko et le cosmonaute Oleg Novitski est descendue sous un ciel bleu dégagé avant d'atterrir dans les steppes du Kazakhstan à 04H36, l'heure prévue, selon les images retransmises par l'agence spatiale russe, Roscosmos.

Le réalisateur Klim Chipenko, 38 ans, est apparu sortant de la capsule, visiblement éprouvé mais souriant, faisant un geste de la main aux caméras et personnes présentes, avant d'être porté jusqu'aux médecins devant contrôler son état.

Ioulia Peressild, 37 ans, l'actrice jouant le rôle principal du film, sélectionnée parmi quelque 3.000 candidates, a ensuite été extraite de la capsule sous les applaudissements, dans le même état, avant de recevoir un bouquet de fleurs et d'être examinée.

Le cosmonaute Oleg Novitski, sorti le premier du vaisseau, a lui été salué par le patron de Roscosmos, Dmitri Rogozine, à qui il a lancé: "Tout va bien!".

Peu avant le retour sur Terre, M. Rogozine avait publié des photographies de son équipe de sauvetage en route sur les lieux de l'atterrissage à bord de dix hélicoptères.

Devançant un projet américain concurrent avec Tom Cruise, Ioulia Peressild et Klim Chipenko avaient décollé le 5 octobre du cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan, aux côtés du cosmonaute chevronné Anton Chkaplerov.

Leur film, intitulé provisoirement "Le Défi", mettra en scène une chirurgienne se rendant à bord de l'ISS avec pour mission de sauver la vie d'un cosmonaute. Deux cosmonautes russes actuellement stationnés sur l'ISS et M. Chkaplerov apparaîtront dans ce film comme figurants.

Dans un contexte de rivalité russo-américaine, cette aventure cinématographique prend aussi des allures de nouvelle course aux exploits dans l'espace, 60 ans après la mise en orbite du premier homme par l'URSS, Iouri Gagarine.

Ruée vers l'espace

Roscosmos avait révélé son ambition l'an dernier, après l'annonce d'un projet de tournage à bord de l'ISS avec Tom Cruise, la star de la saga "Mission Impossible", en partenariat avec la Nasa et la société SpaceX d'Elon Musk.

Le voyage de l'équipe russe vers l'ISS ne s'était pas fait sans encombre, le cosmonaute Anton Chkaplerov ayant dû arrimer le vaisseau manuellement au laboratoire orbital.

Et lorsque les contrôleurs de vol russes ont mené des tests vendredi sur la capsule Soyouz MS-18 devant ramener l'équipe sur Terre, les moteurs se sont activés subitement et avaient brièvement désaxé l'ISS, sans danger.

M. Chipenko avait commencé à filmer avant même l'arrivée à bord de l'ISS, lors de l'arrimage pendant lequel l'actrice a assisté le cosmonaute Anton Chkaplerov.

Leur retour sur Terre a été documenté par une équipe de tournage et figurera dans le film, a expliqué à l'AFP Konstantin Ernst, le patron de la chaîne russe Pervy Kanal, qui co-produit le film.

Cette initiative intervient en pleine ruée non-scientifique vers l'espace, avec la multiplication ces derniers mois des vols de loisir, comme ceux des milliardaires britannique Richard Branson et américain Jeff Bezos.

Le secteur spatial russe, qui faisait la fierté de Moscou à l'époque soviétique avec notamment la mise en orbite du premier satellite, du premier animal, du premier homme puis de la première femme, est aujourd'hui miné par les problèmes.

Pour Roscosmos, le film doit redorer un blason terni par les scandales de corruption, les pannes en série et la perte du lucratif monopole des vols habités vers l'ISS.

Si les images ont toujours accompagné les missions dans l'espace, des premiers pas sur la Lune en 1969 aux publications sur les réseaux sociaux du spationaute français Thomas Pesquet, jamais un long-métrage de fiction n'a été tourné en orbite.

Outre le film, Roscosmos doit prochainement conduire un milliardaire japonais vers l'ISS, pour ne pas se laisser distancer dans le business du tourisme spatial.