Pourquoi Thomas Pesquet et son équipage ne sont pas encore rentrés sur Terre

Prévu fin octobre après un long voyage de 6 mois, le retour du spationaute français Thomas Pesquet a été retardé deux fois.

Pourquoi Thomas Pesquet et son équipage ne sont pas encore rentrés sur Terre
©REPORTERS
A.M

Le spationaute français Thomas Pesquet va encore devoir attendre avant de remettre les pieds sur Terre. Lundi, la Nasa a annoncé le nouveau report du lancement de la mission Crew-3, qui doit envoyer quatre astronautes sur la Station spatiale internationale (ISS), et ramener dans le même temps l'équipage qui est actuellement en orbite et ce, depuis le mois d'avril. En effet, les astronautes américains Raja Chari, Kayla Barron, Tom Marshburn et l’astronaute allemand Matthias Maurer (qui forment le Crew-3) doivent prendre la place des quatre membres actuels de l'équipage Crew-2 qui comprend donc le Français Thomas Pesquet, les deux Américains Robert Shane Kimbrough et Megan McArthur et le Japonais Akihiko Hoshide.

Déjà reporté à une reprise à la fin du mois d'octobre pour cause de conditions météorologiques trop compliquées, le lancement a une nouvelle fois été reporté pour un, selon les termes employés par la NASA, "problème médical mineur" chez l’un des membres d’équipage de Crew-3. La NASA a simplement indiqué qu'il ne s'agissait pas d'"une urgence médicale et que ce n'est pas lié au Covid-19", sans toutefois donner plus d'explications.

Le prochain départ est désormais fixé au samedi 6 novembre à 23 h 36 heure locale (3 h 36 ce dimanche chez nous) pour ces quatre astronautes qui décolleront depuis le centre spatial ennedy en Floride à bord de la capsule Crew Dragon "Endurance". Cette mission, baptisée Crew-3, est la troisième mission habitée régulière assurée par SpaceX pour le compte de l'agence spatiale américaine.

Les astronautes devront également passer environ six mois en orbite et mener de nombreuses expériences à bord de ce laboratoire volant.

La date de retour sur Terre de Crew-2 n'est donc pas encore connue mais la Nasa a expliqué lundi "continuer à évaluer les dates" possibles et ne pas exclure une "passation indirecte" plutôt que directe entre les deux équipages.