Suite à un orage magnétique, SpaceX perd 40 satellites dans l'espace !

SpaceX, la société spatiale d'Elon Musk, a perdu une quarantaine de satellites d'un seul coup.

La Rédaction avec Belga
Suite à un orage magnétique, SpaceX perd 40 satellites dans l'espace !
©Shutterstock

SpaceX a été victime d’une tempête géomagnétique peu après le décollage d’une mission Starlink. Les perturbations ont été si fortes que l’entreprise a perdu 40 des 49 satellites qui avaient été lancés début février.

Peu après le lancement, ils ont été pris dans ce que l'on appelle une tempête géomagnétique à la limite de l'atmosphère. Ce qu’on appelle tempête géomagnétique, ou orage magnétique, désigne une réaction de la magnétosphère de la Terre à l’activité du Soleil.

Lorsque l’étoile projette une grande quantité de particules vers la Terre, sous la forme d’un "vent solaire", sa magnétosphère, qui est générée par son champ magnétique, s’agite sous l’effet de cette interaction. Si les satellites n'ont pas encore été détruits, ils le seront bientôt mais ceux-ci ne présentent aucun danger et aucun débris ne tombera sur Terre, assure l'entreprise américaine.

La semaine dernière, SpaceX a lancé 49 satellites pour son réseau Starlink. Ces satellites sont utilisés pour fournir des connexions Internet. Des centaines d'appareils de ce type sont déjà en orbite autour de la Terre.

Les satellites Starlink se rendent d'abord à une altitude de 210 kilomètres au-dessus de la Terre. Ce qui est encore relativement bas. Là, l'atmosphère terrestre se transforme lentement en le vide infini de l'univers. L'objectif est que les satellites fassent eux-mêmes le voyage final vers l'altitude supérieure où ils seront utilisés.

Il s'agit d'une décision consciente: si un satellite ne fonctionne pas correctement, la friction à basse altitude garantit qu'il périra rapidement et ne finira pas par tourner sans fin comme un déchet spatial. Vendredi, le lendemain du lancement, un "orage" de particules magnétiques s'est formé autour de la Terre. Cette tempête était le résultat d'une éruption de particules sur le soleil à la fin du mois de janvier. Les satellites Starlink ont dû voler à travers cette tempête. La "pression atmosphérique" a augmenté, empêchant 40 des 49 satellites de se rendre à une altitude plus élevée.