Washington juge "regrettable" le retrait "surprise" des Russes de l'ISS après 2024

Les Etats-Unis ont estimé mardi que le retrait "surprise" des Russes de la Station spatiale internationale (ISS) après 2024 était "regrettable", a indiqué le porte-parole du département d'Etat.

Washington juge "regrettable" le retrait "surprise" des Russes de l'ISS après 2024
©AFP

"C'est un développement regrettable, étant donné le travail scientifique essentiel réalisé à bord de l'ISS, la précieuse collaboration professionnelle que nos agences spatiales ont entretenu à travers les années, et en particulier au vu de notre accord renouvelé de coopération en matière de vols spatiaux", a déclaré Ned Price lors d'un point-presse. "D'après ce que je comprends, leur annonce publique nous a pris par surprise", a-t-il souligné.

La directrice de l'ISS à la Nasa, Robyn Gatens, a ainsi assuré dans la matinée que son agence n'avait reçu "aucune déclaration officielle" de la volonté des Russes de quitter l'ISS, lors d'une conférence à Washington. "Nous allons donc davantage discuter de leurs plans", a-t-elle ajouté.

Les Etats-Unis veulent prolonger l'ISS jusqu'en 2030, mais le nouveau patron de l'Agence spatiale russe Roscosmos, Iouri Borissov, a annoncé mardi que la Russie arrêterait de participer au programme "après 2024".

Interrogée pour savoir si les Etats-Unis souhaitaient voir les Russes se retirer de l'ISS, Robyn Gatens a répondu: "Non, absolument pas. Ils ont été de bons partenaires, tout comme tous nos partenaires, et nous voulons continuer ensemble, en tant que partenariat, à opérer la Station spatiale durant la décennie."

Collaboration internationale

La Russie et les Etats-Unis avaient notamment annoncé le 15 juillet reprendre leurs vols conjoints vers l'ISS: deux astronautes américains voleront ainsi à bord de vaisseaux russes Soyouz lors de deux missions distinctes tandis que deux cosmonautes russes voleront pour leur part à bord de fusées SpaceX, une première.

La Station spatiale est issue d'une immense collaboration internationale et la Nasa a maintes fois répété qu'elle ne pouvait fonctionner sans les contributions des différents partenaires.

A partir de 2030, la Nasa mise sur une transition vers des stations commerciales, dont elle aide d'ores et déjà au développement et dont elle souhaite louer les services une fois l'ISS mise à la retraite.

"Les Russes, tout comme nous, réfléchissent à leur futur" concernant la station, a temporisé Robyn Gatens. "Tout comme nous planifions une transition après 2030 vers des stations commerciales en orbite basse, ils ont un projet similaire. Donc ils pensent à cette transition aussi."

Iouri Borissov a déclaré mardi que les Russes comptaient créer une "station orbitale russe".