Cinq nouveaux astronautes et un "parastronaute" pour l'Europe de l'espace

Cinq Européens, 40 ans maximum, deux femmes et trois hommes: c'est la nouvelle promotion d'astronautes présentés mercredi par l'Agence spatiale européenne (ESA) pour succéder à la promo 2009. S'y ajoute un astronaute en situation de handicap, un "parastronaute".

Sophie Adenot

A 40 ans, cette ingénieure française est surtout une pilote d'exception: première femme pilote d'essai d'hélicoptères, elle compte quelque 3.000 heures de vol. Rattachée depuis 2019 au centre d'essai en vol de la base aérienne de Cazaux (Gironde), Sophie Adenot est diplômée de l'Ecole nationale supérieure de l'aéronautique et de l'espace. Des études complétées par un master au prestigieux MIT à Boston, où elle a travaillé sur la conception de centrifugeuses pour l'entraînement des astronautes. Elle est professeure certifiée de yoga et adepte des sports de plein air.

Pablo Alvarez Fernandez

Né en 1988, ingénieur aéronautique espagnol chez Airbus en Espagne, il a contribué à la mission d'exploration martienne ExoMars au sein du groupe aérospatial et de défense. Pablo Alvarez Fernandez a travaillé en Espagne, en France et au Royaume-Uni, et manie couramment l'anglais, le français et le polonais --il a suivi une partie de ses études à l'Université de technologie de Varsovie.

Rosemary Coogan

"Je suis Européenne, mais du Royaume-Uni", a plaisanté cette Britannique de 31 ans lors de la présentation de la nouvelle promotion d'astronautes. Jusqu'ici employée par le Centre national français d'études spatiales (CNES), elle a une formation de docteur en astronomie à l'Université de Sussex. Elle avait suivi une formation de cadet dans la Marine britannique, où elle est officier de réserve. Après son doctorat, Rosemary Coogan a également étudié à l'Institut allemand Max Planck de physique extraterrestre, avant de rejoindre le CNES en 2022.

Marco Sieber

Né en 1989, ce Suisse est médecin urgentiste spécialisé dans le secours par hélicoptère, et urologue à l'hôpital de Bienne (Suisse). Avant de recevoir son doctorat en médecine à l'Université de Berne, avec une thèse sur la chirurgie robotisée, il a fait carrière dans les forces spéciales de l'armée, avec des fonctions d'instructeur en parachutisme. Marco Sieber a travaillé dans une unité de soins intensifs d'Interlaken et comme médecin chef de l'unité de l'armée suisse dans la force de l'ONU au Kosovo.

Raphaël Liégeois

Après des études en ingénierie biomédicale, menées à l'Université de Liège, à Centrale (Paris) et l'Université Paris-Sud Orsay, ce Belge, spécialiste en neurosciences de 34 ans, a travaillé à Singapour, aux Etats-Unis et enseigne désormais à l'Université de Genève et à l'Institut polytechnique de Lausanne. Il est pilote de ballon à air chaud et de planeur, et amateur de poésie. Avec sa femme, Raphaël Liégeois a traversé les continents à vélo pendant plusieurs mois, de Singapour à la Belgique, pour rencontrer des poètes d'Asie et d'Europe.

Un Belge dans l'espace : avec Raphaël Liégeois, notre pays décroche le troisième astronaute de son histoire

John McFall

Ce Britannique de 41 ans est le "parastronaute" choisi par l'ESA. Il a 41 ans et marche avec une prothèse depuis un accident de moto à 19 ans dans lequel il a perdu une jambe. John McFall a représenté son pays aux Jeux paralympiques de 2008 à Pékin et remporté une médaille de bronze en sprint. Il est médecin spécialisé en traumatologie et orthopédie. L'ESA va s'appuyer sur son expérience et ses entraînements pour étudier quel peut être l'apport des personnes en situation de handicap à l'aventure spatiale.

Le corps de réserve

L'ESA a sélectionné onze personnes supplémentaires pour son "corps de réserve", des astronautes qui n'ont pas de contrat avec l'agence européenne mais qui peuvent être appelés en fonction des besoins. Il est constitué de cinq femmes et six hommes: une Britannique, deux Italiens (un homme et une femme), une Espagnole, une Autrichienne, deux Allemands (un homme et une femme), un Tchèque, un Français, un Suédois, un Polonais.