Thomas Pesquet alarmé par les dégâts climatiques visibles depuis l’espace : “Ils sont de plus en plus forts, année après année”

L’astronaute français Thomas Pesquet a partagé ses inquiétudes à CNN lors d’une interview, revenant sur un voyage dans l’espace plein de magie mais de craintes aussi.

<p>L'astronaute français Thomas Pesquet au siège de la Nasa, le 7 juin 2022 à Washington</p>
L'astronaute français Thomas Pesquet au siège de la Nasa ©AFP/Archives

Thomas Pesquet, célèbre astronaute français, est parti en 2021 sur l’ISS (Station spatiale internationale) et a pu observer la beauté de la terre autant que sa détérioration.

Ayant déjà pu découvrir l’atmosphère spatiale en 2016, l’astronaute a constaté l’aggravation des désastres climatiques depuis son précédent séjour.

La terre, ce joyau depuis l’espace

Thomas Pesquet est un amoureux de la planète Terre et ses voyages dans l’espace ont renforcé cette affection : “Quand vous regardez la Terre depuis la station spatiale, c’est absolument magique, raconte-t-il. On n’est pas très loin, donc on a une vue relativement rapprochée. Mais vous pouvez voir la courbure et vous voyez l’atmosphère. Elle brille en bleu. C’est absolument époustouflant la première fois que vous le voyez. C’est le plus beau paysage que vous pouvez imaginer.”

Mais l’astronaute voit aussi son expérience comme une occasion inouïe de prendre du recul face au sentiment d’immensité qu’on peut ressentir depuis la terre. “Lorsque vous voyez la Terre dans son intégralité, vous comprenez soudain que nous vivons dans une oasis dans le cosmos, explique Thomas Pesquet. Tout autour de nous, il n’y a rien, pas de vie, du noir, du vide, absolument rien – à part cette boule bleue avec tout ce dont nous avons besoin pour maintenir la vie humaine, et la vie en général, qui est absolument fragile.”

Ce sentiment de fragilité développe en lui un besoin de prendre soin de sa planète, “plus on la voit depuis l’espace, plus on a envie de chérir la Terre et de la protéger”, dit-il.

Des dégâts visibles depuis l’espace

Bien qu’ébloui par la beauté de la terre, l’astronaute français ne se laisse pas aller à son émerveillement. Si ses séjours lui ont appris quelque chose, c’est la présence du changement climatique. “Vous pouvez voir beaucoup de conséquences des activités humaines depuis l’espace, déclare-t-il. Certaines d’entre elles sont dues au changement climatique, d’autres à la pollution ordinaire, par exemple la pollution des rivières ou de l’air. L’effet le plus visible est le recul des glaciers, année après année et mission après mission.”

Mais ce qui frappe d’autant plus le Français, c’est l’augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes : “Ils sont de plus en plus forts, année après année, déplore-t-il. Ma première mission s’est déroulée en 2016-2017, et la seconde cinq ans plus tard, en 2021. J’ai pu constater une augmentation nette de la fréquence et de la force des phénomènes météorologiques extrêmes comme les ouragans, comme les incendies de forêt.”

Thomas Pesquet reste néanmoins optimiste quant à l’avenir de la terre, confiant grâce au développement technologique et à la force de la coopération internationale qui a lieu dans l’espace. “Si nous pouvons faire voler une station spatiale, alors nous pouvons sauver la planète.”