Il n'existe pas de trace écrite pour prouver, avec certitude, l'existence du "proto-indo-européen". Mais la majorité des scientifiques s'accorde à dire que les langues latines, germaniques, indiennes et perses trouvent leur origine dans une langue commune parlée entre 4500 et 2500 av. J.-C., en Asie et en Europe. Andrew Byrd, un linguiste de l'Université du Kentucky, s'est lancé dans un projet ambitieux pour le compte du magazine "Archaeology". Il a tenté de recréer les sonorités de ce langage très ancien, qui serait à l'origine de nombreuses langues encore parlées aujourd'hui. 

Le texte choisi par Byrd, pour montrer à quoi ressemblait le proto-indo-européen, a été écrit au dix-neuvième siècle par un scientifique allemand. Son but était, déjà à l'époque, de présenter une estimation de ce à quoi ressemblait la langue de nos ancêtres. Depuis lors, cette fable, qui raconte une discussion entre un cheval et un mouton, est retraduite par les linguistes qui souhaitent mettre en pratique leurs théories sur le vocabulaire et les structures de ce mystérieux idiome. Mais Byrd va plus loin en se penchant sur les sonorités et les prononciations du proto-indo-européen. Grâce à son enregistrement du texte, le grand public peut se faire une idée de comment parlaient nos ancêtres. Découvrez-le ci-dessous:

Dans une interview accordée au HuffingtonPost, le linguiste précise son texte n'es qu'une approximation et que le seul moyen de la vérifier serait de voyager dans le temps, vu que la langue a disparu et qu'elle n'a pas laissé de trace écrite. "Mais c'est une estimation très éclairée, qui reprend toutes les connaissances que nous avons concernant les anciennes langues indo-européennes", affirme-t-il. 

Andrew Byrd regrette que cette archaïque connexion entre les peuples soit si méconnue."Il y a 6000 ans, l'anglais, le français et le farsi (NDLR:la langue parlée en Iran) étaient la même langue. Si seulement cela pouvait donner aux gens un sentiment d'unité!"