Qu’avec le vieillissement de la population, le nombre de malades atteints d’une forme de démence, et principalement de la maladie d’Alzheimer, va considérablement augmenter, c’est une réalité admise depuis un certain temps déjà. Encore faut-il mettre en œuvre les moyens pour faire face à ce fléau.

"La prise en charge des différentes formes de démence constitue un des grands défis sociétaux des décennies à venir", a souligné à ce propos Eliane Tillieux, ministre wallonne de la Santé, à l’occasion du premier colloque wallon qui s’est tenu sur cette thématique, mercredi, au Théâtre royal de Namur. Intitulé "La maladie d’Alzheimer près de chez vous", le symposium, qui a réuni près de 560 participants, poursuivait un double objectif : d’une part, mettre en évidence les nombreux acteurs wallons qui œuvrent au quotidien et en réseau dans le cadre de la maladie d’Alzheimer; d’autre part, présenter les initiatives innovantes des lauréats de l’appel à projets 2011 sur le thème des approches non médicamenteuses. Les intervenants experts en provenance de toute la Wallonie, qu’ils soient médecins, membres d’ASBL - et en particulier de la Ligue Alzheimer - et d’associations actives en santé mentale, psychologues, gestionnaires de maisons de repos et de soins, de centres de jour, responsables politiques et de services publics, ont ainsi pu exprimer leurs points de vue et pistes d’actions.

Ce colloque s’inscrit dans le programme d’actions Alzheimer et maladies apparentées dont la Wallonie s’est dotée cette année. Pour le lancement de ce plan, un budget de 250 000 euros est dégagé cette année. On se souviendra qu’en décembre dernier, la ministre a fait adopter ce programme d’actions, qui se divise en trois axes. Le premier vise à assurer une meilleure connaissance et une prise en compte pertinente de ces pathologies. Le deuxième se concentre sur l’amélioration de la qualité de vie des patients et de leur entourage. Quant au troisième axe, il ambitionne de mieux connaître la maladie et de favoriser une dynamique au niveau régional.

La ministre wallonne a par ailleurs rappelé l’adoption, toujours en décembre dernier, de trois mesures proposées pour l’année 2011 : à commencer par ce colloque, rassemblant tous les acteurs concernés (patients, aidants, associations, secteur médical, etc.). Ensuite, un appel à projets a été lancé pour des initiatives innovantes concernant une prise en charge non médicamenteuse des personnes atteintes et des aidants proches. C’est ainsi que huit projets ont été retenus. La troisième mesure consiste en la mise en place d’un centre Alzheimer Wallonie qui assurera certaines missions à dimension régionale et qui devrait voir le jour en 2012.