"Atterrissage de Starship nominal!", a-t-il tweeté, ce qui signifie dans le vocabulaire spatial que la manoeuvre s'est effectivement déroulée sans encombre.

Des flammes s'échappaient de la base de la fusée peu après l'atterrissage, selon la retransmission vidéo diffusée par l'entreprise, mais elles semblaient avoir été éteintes grâce à des canons à eau quelques minutes plus tard.


Un tel feu "n'est pas inhabituel" compte tenu de la masse de carburant utilisé par cet énorme engin de 50 mètres de haut, a expliqué un commentateur de SpaceX lors du direct vidéo, John Insprucker.

Ce prototype, nommé SN15 pour "Serial Number 15", a décollé à la verticale grâce à ses trois moteurs depuis Boca Chica, au Texas, et le véhicule s'est ensuite renversé pour se placer en position horizontale en l'air.

SpaceX n'a pas précisé s'il avait réussi à atteindre les 10 kilomètres d'altitude, son objectif, comme lors des précédents tests. La fusée est ensuite redescendue se poser sur une piste tout près du lieu de décollage, en se replaçant auparavant à la verticale.

Début mars, un autre prototype, SN10, avait lui aussi réussi à atterrir, mais il avait finalement explosé quelques minutes après s'être posé au sol.

Auparavant, SN8 et SN9 avaient été lancés respectivement en décembre et début février, mais s'étaient écrasés dans de grandes boules de feu au moment de leur retour au sol.

Enfin, fin mars, SN11 avait décollé dans un épais brouillard, mais le test s'était lui aussi soldé par une explosion.

Ces essais se produisent dans une zone quasi-déserte, près de la frontière avec le Mexique et au bord du golfe du Mexique -- un lieu suffisamment vide pour qu'un accident ou une explosion ne cause pas de dommages, ni ne fasse de victimes.

Starship est appelée à devenir la fusée de choix de SpaceX pour aller un jour sur Mars.