Sciences & Espace

Un antidépresseur, la fluoxetine (Prozac et ses génériques), administré précocement après un accident vasculaire cérébral (AVC), améliore la récupération de patients souffrant d'hémiplégie à la suite de leur AVC, selon une étude de chercheurs français. Les résultats de l'essai thérapeutique, baptisé FLAME, réalisé par une équipe de l'Inserm de Toulouse, dirigée François Chollet, qui marquent une nouvelle avancée dans le traitement des AVC, paraissent lundi dans la revue spécialisée The Lancet Neurology.

Les AVC, majoritairement dus à l’obstruction d’un vaisseau dans le cerveau (ischémie), sont la 3e cause de mortalité et la 2e cause de handicap de l’adulte en France (environ 130.000 nouveaux cas/an). Ils peuvent causer une hémiplégie (paralysie de la moitié du corps) et une hémiparésie (faiblesse de la moitié du corps) handicapantes. Entre mars 2005 et juin 2009, 118 patients hospitalisés pour hémiplégie dans neuf unités neurovasculaires en France ont pris 20 mg de fluoxetine par jour (59 patients) ou un placebo (59 patients) pendant trois mois après la survenue de l'AVC.

Tous ont bénéficié d’une rééducation. L'évaluation de la motricité, effectuée au début et au bout de trois mois de traitement, incluait la réalisation de mouvements simples (flexion extension des doigts, du poignet, du pied, etc.) et des gestes plus complexes (mettre la main dans le dos, attraper un objet, etc.).

Dans les jours et les mois suivant l’accident, les patients récupèrent une partie de leurs capacités de manière spontanée, mais l'ampleur de cette récupération fonctionnelle reste imprévisible. Or, selon les chercheurs, l'amélioration de la motricité a été "plus importante" chez les patients sous fluoxetine par rapport à ceux sous placebo. Ce gain était présent au niveau de la récupération motrice des bras et des jambes. De manière générale, la régression de la paralysie a été supérieure chez les patients sous fluoxetine.

Après trois mois de traitement, les patients redevenus indépendants dans la vie quotidienne (marche, toilette, gestes courants, déplacements, etc.) étaient plus nombreux parmi ceux traités avec le Prozac. Les effets secondaires ont été limités : des troubles digestifs passagers ont été observés plus fréquemment sous Prozac, mais la survenue d’une dépression nerveuse s’est avérée plus fréquente chez les patients sous placebo suggérant que la fluoxetine peut éviter les syndromes dépressifs survenant après un AVC, selon les chercheurs. La fluoxetine est une molécule tombée dans le domaine public, dont le coût est raisonnable, relèvent-ils, tout en notant que son effet à plus long terme reste à évaluer dans les AVC.