Sciences & Espace

En 2008, dans son livre "Le dernier verre", le cardiologue (aujourd'hui décédé) Olivier Ameisen vantait les mérites du Baclofène, un médicament autorisé dans l'Hexagone depuis 1974 pour traiter pour certaines maladies neurologiques et qui aurait guéri son alcoolisme. Depuis juin 2013, en France, ce médicament peut être prescrit par les médecins pour soigner cette addiction. L’Agence nationale de santé du médicament (ANSM) vient de publier sur son site le long débat tenu en son sein sur "l’évaluation du rapport entre les bénéfices et les risques de santé du Baclofène" et relayé par Libération.

Dans ce rapport, l'Agence tient, d'abord, à insister sur la complexité du sujet. "Il est question de dizaines de milliers de patients et de milliers de prescripteurs. De plus, la posologie peut varier de un à dix, et les effets indésirables peuvent se confondre avec ceux de la maladie que le produit est censé traiter", prévient préalablement la commission risques-bénéfices de l'agence.

Alors que le nombre de patients ayant bénéficié de remboursements était de 67 000 par an jusqu'en 2007, le chiffre a grimpé depuis la sortie du livre, pour atteindre 117 000 patients l'an passé. Dont "au moins 50 000 personnes ont été prises en charge depuis 2008 pour une alcoolo-dépendance traitée au Baclofène". Le rapport précise que l'usager "moyen" est un homme de 50 ans.

Attention aux effets indésirables

Concernant les posologies, l'Agence recommande une dose initiale faible (5 mg trois fois par jour) avant une augmentation par pallier avec une durée maximale de délivrance préconisée de quatre semaines au lieu de trois mois actuellement. La molécule est, en effet, efficace mais seulement à haute dose. "L’objectif consiste à obtenir une efficacité avant l’apparition de signes d’intolérance." L'arrêt du traitement doit également se faire en douceur "compte tenu des risques neurologiques et psychiatriques élevés en cas de sevrage brutal".

L'Agence évoque également dans son rapport la question des effets indésirables. Ces derniers sont en augmentation avec 405 cas recensés en 2012, dont 93 graves. Les troubles neurologiques, psychiatriques et gastro-intestinaux sont les effets les plus fréquents. Les inquiétudes concernant des risques de cancers ou de troubles sanguins ne sont, en revanche, pas confirmées.

Plusieurs experts ont été auditionnés par l'Agence. Parmi eux, Mireille Becchio, médecin généraliste, a évoqué ses propres prescriptions et indiqué avoir constaté un résultat positif dans environ 50 % des cas.

En Belgique, le Baclofène peut être prescrit mais pas pour soigner les problèmes d’alcoolisme.