Le choix de Joe Biden semble confirmer son ambition de maintenir les Etats-Unis aux avants-postes de la course à l'espace, et si sa nomination est confirmée par le Sénat, Bill Nelson devra manoeuvrer la Nasa face à plusieurs défis de taille.

L'agence spatiale se prépare notamment à retourner sur la Lune avec son programme Artémis, et à horizon plus lointain vers Mars, mais se tourne également vers des partenariats commerciaux pour ses missions de basse orbite.

Joe Biden a également affirmé par le passé que la recherche sur le changement climatique serait une priorité de premier ordre pour la Nasa.

Elu de Floride à la Chambre des représentants entre 1979 et 1991, puis au Sénat entre 2001 et 2019, Bill Nelson a présidé ou été membre des sous-commissions parlementaires sur l'espace pendant de nombreuses années.

"La plupart des lois sur la science et l'espace ont été marquées de son empreinte", affirme le communiqué de la présidence, "y compris la loi emblématique sur la Nasa de 2010", qui a mis l'agence spatiale américaine sur "son double parcours actuel de missions gouvernementales et commerciales".

En 1986, Bill Nelson avait volé à bord de la navette spatiale Columbia pour une mission de six jours dans l'espace, où il avait réalisé une dizaine d'expériences scientifiques.

"Le sénateur Nelson a été dans l'espace et connaît les politiques de l'espace sous toutes ses facettes, et j'ai hâte de travailler avec lui pour soutenir ce moment prometteur de progrès pour la Nasa", a déclaré dans un communiqué le président actuel de la sous-commission de la Chambre sur l'espace, le démocrate Don Beyer.

L'ancien administrateur de la Nasa Jim Bridenstine, nommé par Donald Trump, a qualifié Bill Nelson d'"excellent choix" pour diriger l'agence spatiale et a appelé le Sénat à confirmer sa nomination "sans tarder".

Agé comme Joe Biden de 78 ans, Bill Nelson est actuellement membre du conseil consultatif de la Nasa.