La fusée Falcon 9 de SpaceX a décollé à l'heure prévue du centre spatial Kennedy avec Michael Hopkins, Victor Glover, Shannon Walker et Soichi Noguchi sanglés dans la capsule fixée au sommet. Le décollage, en soirée, a illuminé toute la côte de Floride.

Le premier étage s'est détaché rapidement avant de revenir amerrir sur un navire-drone, la marque de fabrique de SpaceX. Douze minutes après le décollage, à 200 km d'altitude et une vitesse de 27.000 km/h, la capsule elle-même s'est détachée du second étage. SpaceX a confirmé qu'elle était sur la bonne orbite pour rejoindre l'ISS un peu plus de 27 heures plus tard, vers 04h00 GMT mardi.


Ils y retrouveront deux Russes et une Américaine, et y resteront six mois, filant autour de la Terre à 400 km au-dessus des océans. SpaceX a brièvement retransmis des images en direct de l'intérieur de l'appareil montrant les astronautes dans leurs sièges, ce que ni les Russes ni les Américains ne faisaient auparavant.

Ce premier vol "opérationnel" fait suite à la mission de démonstration réussie de mai à août, lors de laquelle deux astronautes américains ont été emmenés dans l'ISS puis ramenés sur Terre sans encombre par SpaceX.

Comme l'a tweeté l'astronaute européen Thomas Pesquet, le premier étage de la fusée sera réutilisé pour la mission qui l'emmènera lui et trois coéquipiers au printemps 2021 vers la station.

"La Nasa était un désastre fini quand nous avons pris les choses en main. Aujourd'hui c'est le centre spatial le plus couru et le plus avancé du monde, de loin!" a tweeté le président Donald Trump.

L'homme qui le remplacera en janvier, Joe Biden, a également félicité d'un tweet la Nasa et SpaceX. "C'est la preuve du pouvoir de la science et de ce que nous pouvons accomplir en combinant innovation, inventivité et détermination", a tweeté le président-élu démocrate.


Un problème du système de contrôle de la température dans l'habitacle s'est produit mais a été rapidement résolu, selon SpaceX.

Dragon est le seul appareil actuellement capable de rejoindre l'ISS avec le très fiable Soyouz russe, qui a acheminé depuis 2011 tous les visiteurs de la station, après l'arrêt des navettes américaines.

Incertitude sur Artémis 

Il a fallu neuf ans aux Américains pour certifier le successeur des navettes, avec des partenariats public-privé. Un second appareil, Starliner, fabriqué par Boeing, pourrait être opérationnel dans un an.

La Nasa espère poursuivre la coopération avec la Russie. Elle a proposé des échanges de sièges, mais les négociations entre la Nasa et Roskosmos traînent.

La réalité est que les liens entre Washington et Moscou dans le domaine spatial, l'un des rares où ils restaient bons, se distendent. Rompant avec plus de 20 ans de coopération sur l'ISS, la Russie ne participera pas à la prochaine mini-station voulue par la Nasa autour de la Lune, la Gateway.

Le patron de Roskosmos, Dmitri Rogozine, a fait de SpaceX sa bête noire. Outre qu'elle est devenue le transporteur de choix de la Nasa, la société est leader du marché des lancements de satellites privés, et elle a forcé la Russie à revoir son programme spatial vieillissant.

Cet été, Roskosmos a annoncé un projet de nouvelle fusée réutilisable, "pas semi-réutilisable comme chez SpaceX", a lâché Dmitri Rogozine. "Nos ingénieurs (...) ne veulent pas répéter ce que leurs collègues de SpaceX font, mais les surpasser".

Mais le simple fait que Roskosmos se compare à une entreprise privée illustre la nouvelle ère dans laquelle le monde est entré depuis les années 2010: l'espace n'est plus le monopole des Etats.

Quant au programme américain Artémis de retour sur la Lune en 2024, la Nasa n'a pas encore reçu du Congrès les dizaines de milliards de dollars nécessaires pour le finaliser. Et le prochain président n'a pas repris à son compte l'objectif de 2024.