Sciences & Espace

Une équipe de l'Université de Liège (ULiège) a découvert qu'un médicament régulièrement prescrit pour traiter les maladies coronaires pouvait aussi agir en tant qu'antibiotique puissant, annonce l'université mercredi. 

"Cela représente une nouvelle avancée majeure dans la lutte contre les infections par les bactéries résistantes aux antibiotiques", se réjouit l'ULiège dans un communiqué. Le Pr Patrizio Lancelloti, la Dr Cécile Oury et leur équipe ont découvert que le médicament antiplaquettaire ticagrelor (commercialisé sous le nom Brilique en Belgique), utilisé pour traiter la maladie coronaire, le syndrome coronaire et l'infarctus, est aussi un antibiotique puissant. Il possède en effet "une activité bactéricide contre les bactéries Gram-positives". En d'autres mots, ce médicament tue les bactéries résistantes aux antibiotiques. En outre, "sa rapidité d'action est supérieure à celle des antibiotiques couramment utilisés (...) et la fréquence d'apparition de résistance est extrêmement faible", explique l'ULiège.

Le tricagrelor est l'un des médicaments les plus souvent administrés au monde pour la prévention des maladies cardiovasculaires, comme l'infarctus du myocarde et les atteintes vasculaires cérébrales (AVC).

Les staphylocoques et entérocoques résistants "comptent parmi les pathogènes qui représentent l'une des plus grandes menaces pour la santé humaine au niveau mondial", rappelle le communiqué. Ils ont développé des résistances aux antibiotiques qui les traitent et ces derniers manquent dès lors d'efficacité. Or, ces bactéries "sont les premières responsables de l'infection des prothèses et des implants médicaux, de la septicémie et de l'endocardite".

L'étude, réalisée par une équipe de chercheurs et médecins de l'ULiège, du GIGA (centre de recherche biomédicale de l'ULiège) et du CHU de Liège, est publiée dans la revue JAMA Cardiology.