Pour les investigateurs de l'étude ASCOT (Anglo-Scandinavian Cardiac Outcomes Trial), cela ne fait aucun doute: il semble à présent opportun de revoir les recommandations internationales en matière de traitement de l'hypertension.

La raison? Les résultats indéniablement encourageants de la plus large étude jamais réalisée en Europe sur l'hypertension. Ils viennent d'être présentés à Stockholm dans le cadre du Congrès de la Société européenne de cardiologie et paraissent en ligne sur le site de «The Lancet» (www.thelancet.com).

1 Les sujets. Quelque 19000 patients hypertendus au Royaume-Uni, en Irlande et en Scandinavie ont participé à cette étude, qui s'est déroulée sur cinq ans. Ils présentaient au moins trois facteurs de risque additionnels (âge supérieur à 55 ans, sexe masculin, fumeur) et n'avaient pas d'antécédents cardiaques confirmés, correspondant ainsi au profil du patient dans la pratique générale. Leur risque était considéré comme modéré.

2 Le but. Évaluer les effets d'une nouvelle stratégie de traitement par rapport à un traitement traditionnellement administré jusqu'ici en première ligne.

3 Le principe. Un groupe de patients a donc reçu le traitement traditionnel combinant un bêta-bloqueur, l'aténolol, à un diurétique tandis qu'un autre groupe a bénéficié d'une nouvelle stratégie de traitement qui consiste en l'association d'un antagoniste calcique, l'amlodipine, et d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion, le perindropil. 10000 patients recevaient, en outre, un hypolipémiant afin d'abaisser leur taux de cholestérol, l'atorvastatine, ou un placebo. Les médicaments en question sont déjà disponibles sur le marché depuis plus d'une décennie.

4 Les résultats. En combinant deux traitements, en l'occurrence un traitement antihypertenseur moderne et efficace et un traitement de l'hypercholestérolémie, on peut éviter plus de la moitié des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et des crises cardiaques chez les personnes atteintes d'hypertension. Plus précisément, l'étude Ascot a démontré que la nouvelle stratégie de traitement de l'hypertension permet de réduire les risques d'AVC de 25 pc, d'incidents coronaires de 15 pc, de mortalité cardio-vasculaire de 25 pc et de développer un diabète de 30 pc par rapport au traitement traditionnel. Conséquence, suite à la recommandation du Data Safety Monitoring Board, le Comité Directeur a mis fin prématurément aux deux volets de l'étude «en raison des bénéfices remarquables déjà enregistrés» avec la nouvelle stratégie de traitement dans la réduction des AVC et des crises cardiaques.

5 Les commentaires. «Notre étude montre que les médicaments plus anciens n'offrent pas autant de protection que les nouveaux, plus modernes», a expliqué un des auteurs de l'étude, Björn Dahlöf, professeur à l'hôpital universitaire Sahlgrenska, à Göteborg. Et d'ajouter qu' «Il s'agit d'un assez grand pas en avant étant donné que l'étude montre une avancée dans tous les domaines (...). Je suis certain qu'elle aura un effet sur les directives médicales».

Même réaction de la part du Dr Staessen, du Laboratoire de l'hypertension, UZ Gasthuisberg et auteur de l'éditorial sur ASCOT paru dans The Lancet, pour qui «Ascot a clairement démontré qu'il est possible de réduire spectaculairement le risque cardio-vasculaire des patients hypertendus. Les instances compétentes devront reconnaître que cette nouvelle stratégie est supérieure et constituerait une meilleure thérapie pour de nombreux patients en Belgique. Les résultats montrent clairement que les recommandations pour le traitement de l'hypertension devraient être réévaluées.»

Les spécialistes recommandent toutefois aux patients de demander l'avis à leur médecin avant de changer de traitement.

Cela paraît évident...

© La Libre Belgique 2005