Déjà actuellement le Groupe de distribution Colruyt fonctionne exclusivement avec de l’énergie verte : une partie est produite par l’entreprise elle-même grâce à des éoliennes et à des panneaux solaires, le reste est acheté à des fournisseurs externes. Mais d’ici fin 2011, le distributeur produira lui-même toute son énergie électrique verte; autrement dit, sera 100 % neutre en CO² en ce qui concerne sa consommation d’énergie.

Comme il l’indique dans un communiqué de presse ainsi que dans la newsletter qu’il envoie à ses clients, il "réalisera cet objectif grâce à de nouveaux projets d’énergie solaire et éolienne, et grâce au rachat de la société Fraxicor, spécialisée dans la transformation écologique de graisses animales et d’huiles de friture usées en énergie verte". Cette dernière, rachetée il y a quelques mois, n’est pas encore totalement opérationnelle, raison pour laquelle le groupe n’envisage d’être totalement autonome que d’ici un peu plus de deux ans.

"Là où c’est possible, lors de la construction ou de la rénovation de magasins et de centres de distribution, nous plaçons des panneaux solaires sur le toit", indique Luc Rogge, directeur général du groupe dans le communiqué. A ce jour, seuls des sites inscrits en Flandre en sont pourvus (Halle, Alsemberg, Ninove, Ekeren ) ou le seront dans les prévisions à court terme (Alost, Kontich, Wondelgem ). Par ailleurs, d’ici 2011, il construira tout près de ses centres de distribution sa propre installation de méthanisation, où il pourra traiter ses déchets organiques et ainsi les transformer en énergie.

"De plus, poursuit-il, 2 nouvelles éoliennes fonctionnent depuis peu à Ypres" (avec celles de Halle et de Ghislenghien). Et d’ajouter que pour produire encore davantage d’énergie verte, d’ici 2013, neuf éoliennes surgiront en mer du Nord, sur le "Banc sans nom", dans le cadre du projet Eldepasco, auquel Colruyt participe à concurrence de 25 %.

Parallèlement, le distributeur de Hal poursuit ses économies d’énergie. C’est qu’il s’est lancé un autre pari : que, d’ici 2014, sa consommation d’énergie progresse 10 % moins rapidement qu’aujourd’hui. Et ce, en tenant compte de la croissance de l’entreprise

Il y travaille depuis 1990 avec le lancement de sa charte environnemental Green Line. Objectif : rechercher en permanence de nouvelles solutions pour économiser l’énergie, pour l’utiliser de manière plus rationnelle. Exemples ? Choisir d’équiper les magasins avec des surgélateurs-coffres fermés (de quoi économiser chaque année 35 millions de kWh, soit la consommation électrique annuelle de 10000 ménages); éclairer les parkings et centres de distribution à l’aide de lampes à haut rendement; recycler et traiter les déchets; etc.

"Nous avons déjà réalisé de nombreux projets, à petite et grande échelle. Et grâce à un meilleur système d’évaluation et de suivi, Colruyt va encore davantage limiter sa consommation d’énergie", conclut Luc Rogge.