Le mois de février est court et il suit des semaines généralement faites d’excès. Est-ce pour ces raisons qu’il a été choisi par la Fédération contre le cancer (FCC) pour la première édition de sa campagne "Tournée minérale" , une action qui vise à encourager les Belges à ne pas boire d’alcool tout le mois durant ?

Qui sait. Toujours est-il que la FCC est partie d’un constat : par habitude, nous consommons de plus en plus d’alcool. Et souvent plus que de raison. Que ce soit un verre par-ci par-là, pour participer à la vie sociale ou alors bien davantage. Cette campagne de sensibilisation vise avant tout à faire prendre conscience de sa consommation et de la banalisation qui est souvent faite de cette situation.

Comment et pourquoi participer

Comment participer à cette action et relever le défi ? En se rendant sur le site Internet de la campagne "Tournée minérale", à l’adresse www.tourneeminerale.be et en s’y inscrivant. On peut y participer seul ou en équipe, ce qui est souvent plus motivant.

" Ne pas boire pendant un mois, que des bénéfices ", peut-on lire sur le site qui… cite : " tu dors mieux; tu épargnes de l’argent (pour savoir combien, cap sur le calculateur ) . Tu as plus d’énergie, tu te sens plus en forme ." D’autres raisons de participer ? " L’alcool assèche la peau. Après un mois sans, tu auras un meilleur teint et une plus belle peau. L’alcool est calorique. Beaucoup de gens perdent du poids en l’arrêtant ." Et ce n’est pas tout : " Pas de gueule de bois = plus de temps pour s’amuser, même le lendemain de la veille. "

Sans compter le sentiment irremplaçable d’avoir relevé un sacré challenge. " Surtout si tu lies tes efforts à la récolte de fonds pour la recherche contre le cancer ", souligne la FCC, qui invite les participants à se faire parrainer pendant la "Tournée minérale" ou alors à faire un don avec l’argent économisé sur l’alcool non consommé.

En plus, il semble qu’arrêter de boire pendant un mois permet de gérer l’alcool de manière plus saine par la suite. Pour la plupart des gens qui ont fait l’expérience de ce sevrage momentané, on a observé que leur consommation s’était réduite. Et cela, même des mois plus tard.

Pour doubler l’effet bénéfique de ce mois sans alcool, la FCC suggère d’augmenter en même temps sa consommation d’eau. Le corps bien hydraté, la peau sera plus belle et la capacité de concentration augmentée. Ce sera aussi l’occasion de retrouver de l’énergie, surtout si l’on fait du sport.

" L’alcool a un impact direct sur presque tous les organes du corps et est directement lié à quelque 200 affections différentes , rappelle le Dr Mathijs Goossens, porte-parole de la FCC. Boire de l’alcool peut aussi entraîner des soucis de santé graves, comme un black-out, des problèmes de cœur ou de foie. L’alcool contribue au risque de développement de différents cancers : bouche, pharynx, larynx, œsophage, foie, estomac, sein, gros intestin et rectum (chez les hommes) ."

Pour tenir le coup sans une goutte

Pour soutenir cette campagne, des personnalités ont apporté leur témoignage. Ainsi Frank Fol, le "chef des légumes", qui invite les restaurants à participer à "Tournée minérale" et à inventer des recettes de boissons rafraîchissantes afin de proposer des alternatives sans alcool à leurs clients, jus ou thés. Mais il y a aussi. Jean-Michel Saive, le ministre fédéral Kris Peeters ou encore l’actrice Joy Anna Thielemans, qui ont tous accepté de relever le défi. Comme Bram, qui témoigne : " Quand tu commences à dire chaque fois ‘non, merci’, tu te rends compte du nombre d’occasions où l’alcool fait partie du jeu ."

Encore faut-il savoir comment tenir le coup sans boire une goutte d’alcool. Entre autres conseils, la FCC suggère : se préparer aux moments plus difficiles, se trouver des supporters, essayer les mocktails, smoothies, eaux aromatisées, s’offrir une récompense, en profiter pour bouger et manger sainement ou tenter de nouvelles expériences (saines)…


En chiffres: 

82 % des Belges consomment de l’alcool, et pas moins de 51 % en absorbent plus de 11 verres par semaine.

En 2014, chaque famille belge a dépensé en moyenne 462 € en boissons alcoolisées : 289 € en vins et apéritifs, 115 € en bières et 58 € en alcools forts.

Dans les pays développés, on considère que l’alcool est la cause de 3 % (chez les femmes) à 10 % des cancers;