Carine Baroen, qui souffre de fibromyalgie, a lancé cette semaine une pétition en ligne pour protester contre la diminution du remboursement des séances de kinésithérapie, en vigueur à partir du 1er janvier 2017. 

Les "fibromyalgiques" n'auront, à cette date, plus droit qu'à 18 séances de 45 minutes remboursées, non renouvelables, sur une période d'un an contre 60 séances de 30 minutes, renouvelables, actuellement. Dix-huit séances de 30 minutes pour des pathologies courantes pourront toutefois s'y ajouter. Avec cette mesure, la ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, espère économiser 4,12 millions d'euros par an. "Pour l'instant, j'ai cinq séances par semaine chez le kinésithérapeute", explique Carine Baroen, qui a lancé la pétition. Avec les nouvelles mesures, "je n'aurai plus qu'une seule séance par semaine", regrette-t-elle.

La forte diminution du remboursement des séances de kinésithérapie, essentielles selon Carine, est donc "inimaginable". "Sans mes séances, je souffre davantage. Et j'ai déjà des difficultés à les payer maintenant", s'exclame-t-elle.

Elle a ainsi lancé cette semaine une pétition en ligne pour "se battre pour qu'elle (Maggie De Block, ministre fédérale de la Santé, ndlr) arrête de nous persécuter (médicaments, remboursements, etc.). Comment allons nous nous soigner?", peut-on lire sur le site de la pétition.

La fibromyalgie se traduit par des douleurs musculaires et articulaires diffuses, une fatigue ou encore des troubles du sommeil. "Nous avons des difficultés pour marcher ou pour manger, cela dépend des crises que l'on a", précise Carine Baroen.