Sciences & Espace

"C'est un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité !" Il y a 50 ans, le 21 juillet 1969 à 3 heures 56 (heure belge, le 20 juillet heure de Houston), l'Américain Neil Armstrong foulait pour la première fois le sol lunaire, lors de la mission Apollo 11. Il sera suivi par Buzz Aldrin, tandis que Michael Collins restait en orbite lunaire.

La conquête de la Lune fut un événement télévisuel hors normes, suivi en direct par plus de 500 millions de Terriens grâce à un dispositif exceptionnel déployé par la Nasa et les chaînes de télévision.

Pour les Américains, la descente finale s'est passée un dimanche soir. En Europe, c'était déjà la nuit, mais partout les gens étaient devant les téléviseurs... écoutant des communications radio crépitantes, jusqu'à ce que Neil Armstrong déploie une caméra en noir et blanc sur le sol lunaire, avant d'y faire son premier pas.

Une vingtaine de lecteurs de La Libre nous partagent leurs souvenirs de ce moment historique.


1. «On avait écouté l’alunissage à la radio, avec mon père et mes frères. J'étais sorti regarder la Lune. On ne voyait rien (quelle arnaque). »

Roger avait six ans le jour où Neil Armstrong a posé le pied sur la Lune. Il était alors en vacances à la campagne.


2. «Ce jour-là , j'ai eu la certitude de participer à un moment de l'histoire de l'humanité. »

Michel avait 18 ans et se trouvait à la Maison de la radio à Paris


3. « Ma grand-mère née en 1901 demanda plusieurs fois : "Mais où sont-ils en fait?" Je répondais : "Sur la lune". Elle restait interdite et reposait la même question. Elle n'arrivait pas à concevoir la réalité commentée sous ses yeux à la télévision. »

Anne-Marie avait 16 ans. Elle était en vacances en famille à Duinbergen


4 « Je me souviens de la voix de Neil Armstrong, plus que des images. Mais également le drapeau US planté sur la lune. Quelle claque à l' URSS ! »

Pat avait 15 ans et se trouvait chez sa maman à Woluwé Saint-Lambert


5. « L'ambiance était étrange, toutes les personnes dans la rue regardaient les téléviseurs dans les cafés, les vitrines et les restaurants. »

Jean-Claude avait 10 ans et se trouvait dans un café de la Côte belge avec ses parents


6. « Tout d'abord, être debout à cette heure-là à mon âge était en soi une révolution. Mais mes parents considéraient cet événement comme trop important pour que je ne puisse pas le voir avec eux …/... »

Anne avait 4 ans. Elle a assisté à l'événement devant la télévision familiale en noir et blanc, avec des voisins qui ne disposaient pas de cet appareil.


7. « Le patron de l'hotel où nous séjournions avait aménagé la salle à manger en salon, y avait installé sa télé personnelle et invité tous les vacanciers (une trentaine de personnes : Italiens, Allemands, Belges, Suisses) et le personnel de l'hotel à s'y réunir. Je ressentais une immense communion, une joie partagée, aussi une fierté de ce que l'humanité avait réussi à faire…/... »

En vacances en Italie, Carine avait 14 ans.


8. « Le matin, au lever du drapeau, le chef de troupe a annoncé la nouvelle. Je me souviens que j'étais très impressionné. »

Yvon-Marie avait 12 ans et participais à son premier camp scout.


9. « J'étais seul devant le téléviseur. Dingue : l'incroyable, l'admiration, l'Homme accompli, son courage, sa conquête, sa découverte, le partage … »

Alors âgé de 17 ans, Michel a vécu l'événement en direct, la nuit. Il en a nourri une véritable passion pour l'espace.


10. « Nous avions veillé toute la nuit auprès de patients hospitalisés, en regardant la TV et en écoutant Paul Damblon et Yves Coeckelenbergh et leurs commentaires en direct. Drôles d'émotions ... Inoubliables ! »

Daniel avait 25 ans. Médecin, il assurait la garde aux services des soins intensifs de l'Hôpital Saint-Pierre à Bruxelles.


11. «Cela m'a apporté la croyance que beaucoup de choses sont possibles quand on y croit. »

Anne, 11 ans à l'époque, revenait de vacances en Corse, avec la radio de la voiture familiale allumée en permanence.


12. « Je suis convaincu que le programme Apollo a permis d’anticiper, de 10 ou 20 ans, la démocratisation de l’informatique que nous avons connue au cours des années 80. Ma passion de la technologie date de cette époque... »

Philippe avait 11 ans et se trouvait à Dijon. Il est devenu ingénieur.


13. « J'en ai gardé le sentiment que nous sommes tous petits devant l'univers créé par Dieu, et que l'homme est fait pour découvrir des tas de choses, même si elles sont aujourd'hui difficilement imaginables. »

Bruno avait 17 ans.


14. « J'en ai gardé la sensation que tout était possible pour l'évolution de l’humanité. Une impression de puissance, de liberté. (…/...) Un autre monde s’ouvrait à nous. »

Corinne avait 12 ans.


15 « J'en conserve l'apprentissage de la relativité des choses d'une part et le fait que l'Homme peut être grand s'il a de belles ambitions. »

Jean-Claude avait 14 ans et se trouvait en vacances en Allemagne avec ses parents.


16. « Je suis restée très émue face aux incroyables efforts humains pour découvrir l'univers et pour s'y aventurer progressivement. Mon respect pour ces générations d'astronautes de toutes nationalités est infini. Et mon intérêt pour les voyages spatiaux n'a jamais décru. A mon petit niveau, j'ai cherché à promouvoir les sciences auprès des jeunes, et à éveiller la curiosité pour l'univers chez mes proches. »

Anne-Marie fut très marquée par l'événement.



17. « J'ai eu l'impression d'assister à un événement qui marquerait une étape fondamentale, un pivot, dans l'histoire de l'humanité. »

Agé de 12 ans à l'époque, Christian a fait des études d'astrophysique et travaille dans le secteur spatial.


18. « J'en ai retiré une motivation accrue pour mon métier car je travaillait déjà avec un ordinateur de l'époque, une bécane bien différente des ordinateurs actuels. »

Yvan avait 29 ans à l'époque.


19. « Quelques minutes après l’alunissage, nous sommes sortis pour admirer la Lune, admiratifs, émus... Et fiers aussi (quelques heures avant, nous avions suivi la victoire d’ Eddy Merckx )... Quelle journée ! :-) »

Alain avait 11 ans et se trouvait chez ses grands-parents.


20. « Confiance en la science. »

Frédéric avait 23 ans. Le plus incroyable, à ses yeux, « était la retransmission en direct ».


21. « Je regarde souvent la lune. J'aime l'espace. Je voudrais que les extra-terrestres existent. »

Marie-Antoinette avait 15 ans. Elle a suivi l'alunissage dans le salon de ses parents.


22. « Les sautillements d'Armstrong sur le sol lunaire, après avoir descendu de l' échelle. Mais est-ce que tout cela a été bien réel ou la Nasa nous a roulé dans la farine? Vous savez très bien que les images se manipulent!!! »


Gil avait 17 ans. Si elle ne s'est pas trop posé de questions à l'époque, elle affiche aujourd'hui un certain scepticisme sur la réalité de cet événement.