Ce lundi, c'est la journée mondiale de la maladie d'Alzheimer. En Belgique, entre 85.000 et 100.000 personnes sont atteintes par cette maladie. Des techniques existent pour améliorer la prise en charge des malades. Voici quelques idées.


Un "jeu vidéo"

Les jeux vidéo ne servent pas seulement qu'à distraire les plus jeunes. Ils peuvent aussi soigner. La preuve avec X-Torp ce "serious game" créé par le laboratoire français BRAIN e-NOVATION qui a pour objectif de ralentir les effets de la maladie d'Alzheimer. Ce jeu lancé conjointement par l'institut du cerveau et de la moelle épinière, l'institut Claude-Pompidou et un studio de jeu reprend des exercices qui sont prescrits par les médecins. 


Le jeu n'est finalement qu'un outil ludique pour faire travailler les patients, stimuler les capacités cognitives, mesurer l’évolution de la maladie d’Alzheimer, favoriser l'activité physique et maintenir le lien social. "Le jeu vidéo s’avère ainsi particulièrement efficace quant à l’amélioration de l’attention et de la concentration", explique ainsi le Pr. Robert de l’institut Pompidou au quotidien Libération.



La philosophie de l'Humanitude

Fondée il y a une trentaine d'années par Yves Gineste et son épouse Rosette Marescotti, deux anciens professeurs de sport français, cette philosophie baptisée "Humanitude" a pour but d’améliorer la prise en charge des patients âgés de plus de 65 ans et notamment ceux qui sont touchés par la maladie d'Alzheimer. Elle comporte 150 gestes et pratiques basés sur quatre piliers. Regard, parole, toucher et verticalité.

L'Humanitude insiste tout d'abord sur l'importance du regard lorsque l'on s'adresse aux personnes âgées et surtout démentes. Il convient dès lors de les regarder dans les yeux mais aussi de veiller à se mettre à leur hauteur quand on leur parle. La plupart des déments n'arrivant pas à comprendre les informations latérales. La parole est également primordiale. Avant de faire la toilette d'un(e) résident(e) ou de lui prodiguer un soin, il est important de l'encourager et de lui expliquer les choses même si la personne semble ne pas bien les comprendre. 

Autre point important: la verticalité. Avec l'Humanitude, les personnes âgées doivent dans la mesure du possible rester debout. Enfin, le dernier pilier de la philosophie est le toucher. 

L'Humanitude commence à s'implanter en Belgique et est notamment utilisé dans la maison de repos L'Olivier à Uccle.


Un appartement intelligent pour plus d'autonomie

Au Canada, le Laboratoire d'intelligence ambiante pour la reconnaissance d'activités à Québec a créé un appartement permettant d'améliorer le quotidien des gens en perte d'autonomie et notamment des malades d'Alzheimer. 

Plusieurs capteurs se trouvent dans chaque objet connecté. "Les capteurs permettent de connaître la position d'un objet en temps réel, de savoir si les objets sont en fonction ou non. Par exemple, si une personne se fait un café, l'ordinateur, le « cerveau », est capable d'évaluer si elle prend une tasse, une cuillère, la bouilloire, le café, le lait, le sucre, etc. Si elle saute une étape, l'ordinateur lui envoie un signal lumineux, sonore ou sur l'un des écrans installés dans l'appartement", explique dans son article la journaliste canadienne qui a eu la chance de le tester. "Nous avons des visées de l'appliquer très rapidement, à très court terme, dans des milieux réels, soit d'ici cinq ans" , a avancé Bruno Bouchard directeur du laboratoire.


Une mallette pour faciliter le langage

En Belgique aussi, des initiatives sont mises en place pour améliorer la vie des malades. A l'université de Mons, par exemple,des spécialistes ont mis en place un nouvel outil pour améliorer le langage entre les patients d'Alzheimer et leurs proches. Son nom: "Logaatome".

Logaatome est une mallette qui contient plusieurs éléments (des fiches, des photos, un CD audio, un cahier d’activités...). "Le but est, au travers de séances de travail et de jeu hebdomadaires, de stimuler les domaines langagiers préservés chez le patient, de maintenir ses capacités langagières malgré la progression de la maladie, mais aussi, pour son entourage, de développer et d’améliorer la compétence communicationnelle avec le malade", selon un article publié sur le site de l'université.


Un MOOC pour mieux comprendre la maladie d'un proche

Les MOOC ou formations en ligne ouvertes à tous sont en plein boom. Des chants des troubadours, aux cours de langue mais également pour comprendre la maladie d'Alzheimer. Ce module dispensé par Joël Belmin, professeur de gériatrie à l’université Pierre et Marie Curie de Paris, vous permettra d'avoir la réponse à de nombreuses questions à propos de la maladie d'un de vos proches.

  1. - Que se passe-t-il dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer?
    - L’histoire naturelle de la maladie d’Alzheimer.
  2. - Quels sont les symptômes qui peuvent révéler une maladie d’Alzheimer?
    - La démarche médicale qui conduit au diagnostic de la maladie d’Alzheimer.
  3. - Faut-il communiquer le diagnostic de maladie d’Alzheimer au patient?
    - Quelles sont les maladies apparentées à la maladie d’Alzheimer et comment les reconnaitre?
  4. - La prise en charge de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées.
    - Maladie d’Alzheimer : les complications et les cas difficiles.
  5. - La maladie d’Alzheimer : quel impact pour la société?
    - Les pistes de la recherche sur la maladie d’Alzheimer et la prévention

Une vidéo publiée par l'association France Alzheimer peut également vous permettre de mieux la cerner.