"Il s'appelle Kompaï. Ce n'est pas un être humain, c'est un objet qui a pour ambition de restaurer de l'autonomie chez les personnes" âgées ou dépendantes, explique Vincent Dupourqué, PDG de la société Robosoft.

Comment? En fournissant assistance cognitive (emploi du temps, météo, conseils vestimentaires, médicaments à prendre, etc.) et physique, comme l'aide à la marche.

Avec ses roues et son écran tactile, cet engin haut de 1,40 m pour 40 kg "n'a rien à voir avec les robots qu'on peut voir à la télé. Kompaï est un assistant familial connecté qui pourra collecter des données (tension, difficulté à marcher, etc.) transmises au médecin qui construit un parcours de santé". "Il est adapté pour accompagner la personne dépendante au quotidien", assure son créateur.

Grâce à une webcam installée sur sa tête ronde, peinte de deux grands yeux pour lui donner une allure plus humaine, Kompaï "repère en cas d'alerte la personne dans son lieu d'habitation et il est capable d'envoyer des courriels, d'appeler le médecin et de recueillir des données lui permettant d'établir un bulletin de santé". Il offre en outre un accès simplifié à un certain nombre de services pour les rendre plus accessibles à l'utilisateur.

Voilà déjà cinq ans que Robosoft travaille sur un prototype qui devrait être opérationnel en 2016.

Les chercheurs planchent notamment "sur un mécanisme d'aide à la marche, un mécanisme +intelligent+ d'aide au changement de posture", selon le PDG.

"Parallèlement, pour l'assistance cognitive et l'interaction avec la personne, en-deçà des méthodes classiques de reconnaissance de mots-clés et de réponses aléatoires, nous travaillons sur des agents conversationnels" pour permettre à l'engin d'instaurer un dialogue avec l'utilisateur", précise Vincent Dupourqué, qui dit avoir "toujours voulu mettre les technologies de la robotique au service des personnes, plus particulièrement des personnes fragiles".

Pour les équipes de Robosoft, le principal défi technologique reste d'adapter Kompaï aux normes robotiques sans cesse plus nombreuses ces dernières années.

Assistance à domicile ou en maison de retraite, soins à domicile ou en milieu hospitalier, Kompaï a devant lui un marché potentiellement colossal.

Pour en bénéficier, reste à trouver le bon compromis entre les fonctionnalités, les performances du robot et son prix. "On ne cherche pas à fabriquer un robot qui s'achète à la FNAC. Il faut qu'il soit bien adapté. Pour l'instant son prix se situe entre 15.000 à 25.000 euros. Notre objectif est de le commercialiser à 5.000 euros", affirme le PDG.