La fusée européenne Vega, dont le tir était initialement prévu jeudi, devrait décoller samedi soir (dimanche à 3 h 51, heure belge) de la base de Kourou en Guyane pour le lancement inédit d’une multitude de petits satellites.

Ce vol doit marquer le retour de la fusée Vega, le lanceur "low cost" développé par l’Agence spatiale européenne, depuis sa défaillance survenue à l’été 2019, qui avait entraîné sa destruction en plein vol, par précaution.

L’opération représente un enjeu crucial pour l’Europe spatiale, qui va faire son entrée sur un marché en plein essor, où la concurrence fait rage, notamment celle de l’américain SpaceX. La mission "VV16" est son premier lancement partagé (ou rideshare), qui doit placer en orbite basse 53 satellites pour le compte de 21 clients, issus de 13 pays différents.

Cette "grappe" est constituée de sept petits satellites (pesant entre 15 et 150 kilos), ainsi que de 46 nano-satellites, allant de 300 grammes à 11 kilos. Leurs applications vont de la communication à l’observation de la Terre, en passant par la recherche scientifique. La Belgique participe à cette mission, avec deux nano-satellites d’observation à bord, Simba de l’IRM et Picasso de l’Institut d’aéronomie spatiale. (avec AFP)