La Belgique ne respecte pas les droits des personnes handicapées à l'autonomie de vie et à l'inclusion dans la société, a affirmé jeudi le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Nils Muiznieks.

La mise en œuvre des mesures prévues pour améliorer la situation devrait être une priorité, a-t-il ajouté en rendant public un rapport sur la visite qu'il a effectuée en Belgique du 14 au 18 septembre derniers.

Le rapport s'intéresse également aux droits de l'homme des migrants, des demandeurs d'asile, des Roms et des Gens du voyage.

Selon M. Muiznieks, le taux élevé d'institutionnalisation des personnes handicapées, combiné à une offre de services de proximité peu développée, limite les possibilités, pour ces personnes, de mener une vie autonome, alors que c'est un droit inscrit dans la Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées.

"Ce problème est aggravé par le fait que beaucoup d'enfants handicapés suivent leur scolarité dans des structures spécialisées, séparément des autres enfants, et qu'ils ne parviennent que rarement à intégrer ensuite un établissement d'enseignement ordinaire", a souligné M. Muižnieks, en préconisant un engagement de l'ensemble de la Belgique en faveur de l'inclusion des enfants handicapés dans l'enseignement ordinaire.

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a assuré qu'il accorderait une attention particulière au suivi des recommandations du rapport. Celles-ci seront reprises dans le cadre du mécanisme de suivi politique sur les questions de droit de l'homme que le chef de la diplomatie souhaite mettre en place "sans délai".