Sciences & Espace

Il aura fallu attendre quarante-cinq ans pour que la vérité soit enfin dévoilée. C'est Alexeï Léonov, un cosmonaute russe, qui a vendu la mèche dans les colonnes du Russian Times, révélant ainsi les circonstances exactes de la mort de Youri Gagarine, premier homme dans l'espace.

La version officielle faisait état d'une perte de contrôle du MiG-15UTI que pilotait le cosmonaute de 34 ans lors de son accident fatal. Une perte de contrôle qui était due à l'évitement d'un obstacle, sans doute une montgolfière, rapportait le pouvoir soviétique.

Un silence de 45 longues années

"Une version crédible pour un civil, mais pas pour un professionnel" déclare Léonov, toujours dans cette interview rapportée par le site de la RTBF. Le cosmonaute a dû garder le secret contre son gré pendant près de cinquante ans, avant d'enfin pouvoir révéler la vérité suite à la publication du rapport.

Cette vérité, la voilà: un appareil non autorisé a croisé la trajectoire du MiG de Gagarine. Pris dans les remous, l'avion a multiplié les tonneaux à 750 km/h avant de s'écraser quelques instants plus tard.

Un mystère entièrement dévoilé...ou presque

Léonov se trouvait sur les lieux au moment de l'accident. C'est lui qui a formellement reconnu le corps de Youri Gagarine dans les décombres de l'avion. C'est également lui qui a rédigé en partie le rapport d'accident. Un rapport qu'il a redécouvert quelques années plus tard, signé de son nom mais avec une écriture qui n'était pas la sienne. Les autorités soviétiques étaient passées par là.

Aujourd'hui, 45 longues années plus tard, Alexeï Léonov peut enfin raconter la vérité. Les autorités russes lui ont donné leur feu vert pour raconter la véritable histoire des derniers instants de Youri Gagarine dans les médias.

Léonov peut donc dire toute la vérité, à une exception près: il ne peut pas révéler le nom du pilote de ce fameux appareil non-identifié qui a causé la fin de Gagarine. On sait seulement que l'homme est aujourd'hui âgé de 80 ans, et très malade.

La mort de Gagarine sera donc toujours recouverte d'un voile de mystère. La Russie préférera toujours la version officielle, celle d'un homme resté aux commandes de l'avion jusqu'à ses derniers instants pour éviter de s'écraser sur une école. Héros jusqu'au bout.