Cet insecte est le principal vecteur de transmission de certaines maladies tropicales.

Le moustique tigre. Un nom amusant pour un insecte qui ne l’est pas du tout. Non seulement il est particulièrement agressif et provoque de douloureuses piqûres. Plus inquiétant encore : il est le principal vecteur de transmission de certaines maladies tropicales, comme la dengue et le chikungunya et plus récemment Zika.

Autrefois cantonnés aux Tropiques, les moustiques tigres, qui se sont adaptés au climat tempéré, colonisent actuellement l’Europe. Découvert pour la première fois en Albanie à la fin des années 70, il a atteint l’Italie dans les années 90, avant d’arriver en France en 2004. Depuis, il s’est établi sur la côte méditerranéenne et continue son invasion vers le nord, à la faveur du réchauffement climatique. Des larves ont récemment été découvertes en région parisienne et même dans les environs de Strasbourg.

En Belgique, depuis quelques années, des larves et des moustiques sont ponctuellement retrouvés dans les chargements qui entrent en Belgique via les ports ou les aéroports.

Pour l’instant, les maladies tropicales telles que le chikungunya ou Zika ne sont pas implantés de manière permanente en Europe. Mais des épidémies localisées peuvent naître lorsqu’un voyageur, contaminé en zone tropicale, importe un virus.

La transmission devient autochtone lorsque, après le retour du voyage, la personne infectée se fait piquer par un moustique tigre qui contamine d’autres personnes. En 2007, le chikungunya, maladie provoquant fièvre et douleurs articulaires, avait fait une centaine de victimes dans le nord-est de l’Italie.

Un tel risque existe-il en Belgique ? "Pour l’instant, il n’y a pas de risque d’épidémie. Le moustique tigre n’est pas établi de manière formelle dans notre pays. Ces insectes restent pour le moment dans les pays méditerranéens, il fait trop froid en Belgique", explique Pr Bottieau infectiologue et chef de l’Unité des maladies tropicales à l’Institut de médecine tropicale à Anvers. "Dans un futur lointain, ce n’est pas impossible qu’il s’établisse en Belgique, surtout si les hivers deviennent plus doux. Le risque de voir apparaître des épidémies localisées de maladies tropicales sera alors présent."

© DH