Les femmes réagissent plus intensément aux images négatives que les hommes.

C'est la conclusion de chercheurs de l'Université de Bâle dont l'étude sera publiée dans un prochain numéro du "Journal of Neuroscience".

Selon le Washington Post, ces scientifiques ont, en fait, constaté que le cerveau des femmes était plus actif que celui des hommes lorsqu'elles visualisaient des images négatives.

Durant cette expérience, 3398 hommes et femmes, âgés entre 18 à 38 ans, devaient visualiser 72 images classées comme positive (chats), neutre (maisons) ou négative (accidents).

Cette recherche "fournit la preuve des différences entre les sexes au niveau neuronal", explique Annette Milnik qui a dirigé cette étude. "Les femmes sont plus susceptibles de développer une dépression majeure, des troubles anxieux ou un stress post-traumatique, qui sont tous liés à la dysrégulation affective", conclut-elle.