Les femmes manifestant des symptômes cardiaques ne sont pas traitées avec autant de soin que les hommes, selon une étude portant sur des patients européens, présentée lors du congrès de cardiologie qui se déroulait à Stockholm.

«Euro Heart Survey», étude menée par plusieurs pays européens à partir de l'examen de 3779 patients dans 32 pays, a révélé que les femmes qui se plaignent de douleurs à la cage thoracique sont moins prises au sérieux et reçoivent un moins bon traitement que les hommes dans la même situation. L'étude montre en effet que les femmes souffrant de ce type de douleur ont 20pc de chances de moins que les hommes de se voir proposer une auscultation, premier pas pour diagnostiquer une éventuelle maladie cardiaque et déterminer le traitement approprié.

Et même si elles sont moins nombreuses à avoir un diagnostic positif, les femmes ont 40pc de chances de moins qu'un patient de sexe masculin de se faire prescrire une angiographie pour vérifier si elles souffrent d'une obstruction coronarienne. Enfin, une fois le diagnostic posé, une femme a moins de chances qu'un homme de bénéficier de thérapies de nature à prolonger leur espérance de vie.

«Le plus inquiétant, c'est qu'au cours d'une année de suivi médical, les femmes souffrant d'une angine de poitrine et atteintes de difficultés vasculaires avaient deux fois plus de chances de mourir ou d'être victimes d'une crise cardiaque que les hommes présentant les mêmes symptômes», selon cette étude de la Société européenne de cardiologie.

© La Libre Belgique 2005