Les ministres de la Santé des pays du G8 se sont fixés pour objectif de trouver d'ici à 2025 un traitement contre la démence, au cours d'un sommet sans précédent mercredi à Londres consacré à cette "tragédie humaine" qui affecte une nouvelle personne toutes les quatre secondes.

Au cours des dernières années, le monde s'est attaqué au "paludisme, au cancer, au VIH/sida, et nous sommes aussi résolus aujourd'hui" contre la démence, a déclaré le Premier ministre britannique David Cameron, hôte du sommet.

"Je souhaite que la date du 11 décembre 2013 marque le début de la contre-attaque internationale" face à la démence dont souffrent quelque 40 millions de personnes dans le monde, a-t-il lancé devant les ministres de la Santé des huit pays les plus riches (Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Canada, Japon, Russie et Etats-Unis).

Au cours de ce sommet inédit d'une journée, le G8 s'est fixé comme objectif "de trouver d'ici à 2025 un remède ou un traitement modifiant" la démence, dont Alzheimer est la cause la plus répandue. Il y a urgence si l'on en croit un récent rapport d'Alzheimer Disease International (ADI), qui affirme que le nombre des personnes souffrant de démence a augmenté de 22% ces trois dernières années. Et les perspectives sont très sombres, le nombre des malades devant tripler pour passer à 135 millions d'ici à 2050, selon cette étude.

Les pays du G8 se sont aussi engagés mercredi à "augmenter de façon significative" leurs dépenses en matière de recherche médicale. Aucune donnée chiffrée globale n'a cependant été avancée, mais les pays participants se sont donné rendez-vous en 2014 pour faire le point.

Le coût de la démence atteint la somme de 604 milliards de dollars (440 milliards d'euros) par an, soit environ 1% du PIB mondial.