L'avion Solar Impulse 2 a atterri lundi soir sans encombre au sultanat d'Oman, première étape de sa tentative du tour du monde sans carburant, a constaté un photographe de l'AFP.

L'appareil révolutionnaire à énergie uniquement solaire a mis 13 heures et deux minutes pour relier Abou Dhabi, capitale des Emirats arabes unis, à Mascate, capitale du sultanat d'Oman.

C'est le Suisse André Borschberg qui était aux commandes de l'avion pour cette première étape. Son compatriote Bertrand Piccard doit le relayer pour la suivante, entre Mascate et Ahmedabad, en Inde, prévue mardi.

L'avion avait décollé à 07H12 (03H12 GMT) d'Abou Dhabi et il a atterri de nuit à 20H14 (16H14 GMT) à Mascate.

L'avion, baptisé SI2, est propulsé par plus de 17.000 cellules solaires tapissant des ailes de 72 mètres, soit presque aussi longues que celles d'un Airbus A380.

Mais le SI2, conçu en fibre de carbone, ne pèse que 2,5 tonnes -- autant qu'un 4X4 familial, soit moins de 1% du poids de l'A380.

Le tour du monde, prévu en 12 étapes, est l'aboutissement de 12 années de recherches menées par MM. Borschberg et Piccard qui, outre l'exploit scientifique, cherchent à véhiculer un message politique.

"Nous voulons partager notre vision d'un avenir propre", a déclaré avant le départ M. Piccard, en soulignant que cette mission devait contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique par la promotion de "nouvelles technologies vertes".