Près d'un Belge sur deux (45%) croit erronément que la grippe peut être soignée avec des antibiotiques, malgré les campagnes de sensibilisation régulièrement organisées sur le sujet. Une majorité des citoyens semble également sous-estimer le danger de cette maladie et de ses complications éventuelles. Le constat provient d'une enquête présentée mercredi et réalisée en juillet auprès de 1.051 personnes sur demande de la firme pharmaceutique Mylan (ex-Abbott). "La grippe est une maladie virale, due à un virus appelé influenza", rappelle à cette occasion le Pr Patrick Lacor, chef de l'unité de médecine interne-maladies infectieuses à l'UZ Brussel. Or, les antibiotiques peuvent tuer des bactéries mais sont inefficaces face aux virus. Le meilleur moyen de "combattre" la grippe reste la prévention, ce qui comprend la vaccination et le fait d'éviter la propagation du virus via des gestes simples.

Plus de la moitié des répondants (51%) de l'enquête indiquent pourtant ne jamais s'être fait vacciner contre la grippe, les femmes et les personnes de plus de 65 ans étant plus enclines à le faire. "Le vaccin n'est pas parfait mais c'est la seule arme dont nous disposons", précise le Dr Yves Van Laethem, du service des maladies infectieuses du CHU St-Pierre (Bruxelles).

Quant au danger de la grippe, "l'OMS estime qu'à l'échelle mondiale il y a 3 à 5 millions de 'cas sévères' chaque année, avec une mortalité d'environ 10%", ajoute-t-il. "En Belgique, cela représente environ 1.000 à 1.500 décès par an", que l'on peut lier de près ou de loin à la grippe et à ses complications. Une donnée qu'ignorent 84% des répondants de l'étude.