La plainte a été déposée jeudi auprès d'un juge d'instruction bruxellois, au nom de l'Inami.

Elle porte sur des "coups et blessures involontaires, exercice illégal de la médecine et de l'art pharmaceutique, infractions à la réglementation belge, notamment en matière d'importation, de vente, de falsification illégale de dispositifs médicaux, fraudes diverses à la sécurité sociale, faux et usage de faux, escroquerie, déclarations inexactes ou incomplètes ou escroqueries en droit pénal social", précise l'Inami.

La société française PIP a produit des prothèses mammaires remplies d'un gel silicone non-prévu pour un usage médical et qui se révèle irritant en cas de rupture des poches.

La Belgique a conseillé aux femmes ayant reçu des implants PIP de se les faire retirer. L'explantation sera remboursée à certaines conditions.