"Nos sociétés occidentales au fonctionnement quasi continu 24h sur 24, 7 jours sur 7, favorisent l'éveil au détriment du sommeil". Voila le constat posé par les chercheurs du CHU. Ce rythme soutenu d'éveil est cependant néfaste à long terme, révèlent-ils. En effet, la réduction chronique de temps de sommeil provoquerait des risques plus élevés de maladies cardiovasculaires. Ces maladies sont à ajouter au manque de vigilance, aux sautes d'humeur et au bien être.

Ces conclusions ont pu être tirées à la suite d'une expérience de cinq nuits lors desquelles les volontaires se sont vus reteints à 5 heures de sommeil par nuit. Dans leur organisme, les chercheurs ont détecté la présence de substances agressives et néfastes pour le cœur.

Cela dit, une sieste de 20 minutes, au lendemain d'une restriction aiguë de sommeil, peut s'avérer réparatrice. Elle permettrait de réguler les perturbations engendrées sur le système immunitaire.

"Ces travaux représentent une avancée dans la compréhension des mécanismes liant manque de sommeil et maladies cardiovasculaires et ouvrent de nouvelles voies dans l'étude des effets du manque chronique de sommeil sur notre santé", conclut la recherche.