Ils sont treize, onze Américains (Kayla Barron, Zena Cardman, Raja Chari, Matthew Dominick, Bob Hines, Warren Hoburg, Dr. Jonny Kim, Jasmin Moghbeli, Loral O’Hara, Dr. Francisco "Frank" Rubio, Jessica Watkins) et deux Canadiens (Joshua Kutryk, Jennifer Sidey-Gibbons), six femmes et sept hommes. 

Parmi eux se trouve peut-être le prochain Neil Armstrong, celui que l’histoire retiendra comme la première femme ou le premier homme à marcher sur le sol de la planète Mars. Après deux ans et demi de formation à la Nasa, ils ont rejoint le corps des astronautes qualifiés pour effectuer des vols vers la Station spatiale internationale et peut-être un jour beaucoup plus loin.

"Ces astronautes pourraient un jour marcher sur la Lune dans le cadre du programme Artémis, et peut-être que l’un d’entre eux sera parmi les premiers à marcher sur Mars", a déclaré l’administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine, lors d’une cérémonie au centre spatial Johnson à Houston, au Texas. "Ce sont les meilleurs des meilleurs et ils représentent la totalité de l’Amérique."

Pas moins de 18 000 personnes avaient fait acte de candidature, parmi lesquelles la Nasa avait sélectionné 12 personnes en 2017 (un a démissionné au milieu de la formation). Ils se sont depuis formés, depuis Houston, à effectuer des sorties dans l’espace, à manipuler les outils robotiques de la Station spatiale internationale (ISS), et ils ont appris le russe - langue indispensable pour coopérer avec les cosmonautes qui cogèrent la station. Les deux Canadiens, Jennifer Sidey-Gibbons et Joshua Kutryk, se sont formés avec les Américains, un partenariat qui remonte à 1983.

La nouvelle promotion baptisée "Turtles" (les tortues) compte au total des femmes et des hommes aux CV impressionnants, des officiers militaires d’exception dont plusieurs ont combattu en Afghanistan ou en Irak, des scientifiques surdiplômés, des ingénieurs et des médecins. Le groupe est d’une diversité inédite, avec des noms de famille indien, iranien, asiatique, hispanique…

Avant de rejoindre la Nasa, Jasmin Moghbeli, par exemple, diplômée de MIT, d’origine iranienne, pilotait des hélicoptères. Son camarade Jonny Kim est un ancien commando Navy SEAL décoré, devenu médecin aux urgences d’un des plus grands hôpitaux du pays, à Boston. Jessica Watkins a un doctorat de géologie et a travaillé dans l’équipe du rover Mars Curiosity. Frank Rubio était médecin de l’armée et pilote d’hélicoptères Black Hawk…

Ils seront assignés à une première mission dans quelques années, vraisemblablement d’abord vers l’ISS, où au moins trois Américains habitent en permanence. Le premier voyage pour la Lune ne sera pas pour eux : cette mission, Artémis 3, sera réservée à la génération précédente.