Paralysé des quatre membres depuis une chute il y a quatre ans, Thibault, un Lyonnais de 28 ans, parvient aujourd’hui à diriger par la pensée les mouvements d’un exosquelette, une sorte d’armure motorisée. Une première réalisée par des chercheurs français d’un centre de recherche biomédicale de Grenoble et qui ouvre d’importantes perspectives pour les tétraplégiques.

Le prototype, issu de dix ans de recherches, repose sur des électrodes implantées dans le crâne, qui vont capter les signaux envoyés par le cerveau et les traduire en signaux moteurs. Chez les paralysés des quatre membres suite à une fracture de la colonne vertébrale, "le cerveau est toujours capable de générer les ordres qui habituellement font bouger les bras et les jambes, mais il n’y a personne qui les exécute", explique l’un des chercheurs.

Si le cas de Thibault montre qu’il est possible de capter cette activité électrique quasiment en temps réel et sans fil, le chemin reste long avant de pouvoir utiliser cet exosquelette dans la vie de tous les jours.