Des nuages au-dessus de La Hulpe

Le ton est monté, lundi soir entre le bourgmestre Christophe Dister et le conseiller IC Philippe Leblanc, ancien bourgmestre. Le conseil communal a en effet débuté par une mise au point du bourgmestre, dans le cadre de l'enquête policière concernant les 100000 € placés sur un compte dont Philippe Leblanc et le secrétaire communal étaient les signataires.

L. Dm

Le ton est monté, lundi soir entre le bourgmestre Christophe Dister et le conseiller IC Philippe Leblanc, ancien bourgmestre.

Le conseil communal a en effet débuté par une mise au point du bourgmestre, dans le cadre de l'enquête policière concernant les 100000 € placés sur un compte dont Philippe Leblanc et le secrétaire communal étaient les signataires. "Si je connaissais l'existence des 100000 euros, je me suis interrogé sur la méthode et la manière dont a été constituée cette garantie locative. Le collège n'a jamais eu connaissance de ce compte, a précisé le bourgmestre. J'ai donc écrit au ministre de tutelle, afin de lui demander un avis sur une situation qui me semblait particulière. Je n'ai pas eu de réponse, par contre, le dossier a été transmis au parquet. Ce n'est pas moi qui ai déposé plainte. Je ne m'excuserai pas, même si je comprends ce qu'ont vécu les personnes impliquées et leurs familles." M.Leblanc a exigé des excuses de Christophe Dister, "car mon nom et celui du secrétaire communal ont été salis de manière scandaleuse et inacceptable dans le cadre d'une manoeuvre mesquine destinée à nuire et qui porte atteinte à nos familles respectives. Christophe Dister était au courant de l'orgine des fonds qui ne se trouvaient pas sur un nuage au-dessus de La Hulpe." Dans le cadre d'un plan particulier d'aménagement, cette compensation financière a été placée sur un compte par la société propriétaire de la maison du Garde (Observatoire de l'Argentine) afin qu'ils soient investis dans la rénovation du bâtiment, une fois le projet approuvé par le conseil communal.

Ces fonds n'appartenant pas à la commune, ils ne devaient pas être inscrits dans la comptabilité communale. Ce qu'a confirmé le secrétaire communal, Thierry Godfroid. "Ma seule erreur est de ne pas avoir fait acter au collège que cette garantie existait. Du point de vue administratif, la comptabilité communale ne présente aucune irrégularité administrative. Au pénal, il n'y a rien, aucun centime n'a quitté ce compte." Et de conclure : "Ce que je vis est très difficile et j'espère que, dans notre pays, on ne peut pas impunément jeter en pâture l'honneur d'un homme."