Changer le visage du centre

Il y a deux ans, on posait la première pierre d’un premier projet de revitalisation urbaine à l’arrière de l’Hôtel de ville de Braine-l’Alleud. La première phase - la construction d’un premier immeuble de 32 appartements - s’achève et certains logements sont d’ailleurs déjà occupés.

Vincent Fifi

Il y a deux ans, on posait la première pierre d’un premier projet de revitalisation urbaine à l’arrière de l’Hôtel de ville de Braine-l’Alleud. La première phase - la construction d’un premier immeuble de 32 appartements - s’achève et certains logements sont d’ailleurs déjà occupés. La place située juste sous l’Hôtel de ville, elle, est encore en travaux mais devrait se transformer pour l’été prochain en espace vert pourvu d’une fontaine. En dessous, un parking souterrain offrira non seulement des emplacements aux occupants de l’immeuble mais aussi 50 places ouvertes à tous. Ce parking est financé partiellement par la Région : tout comme le projet s’inscrivant dans le cadre de la revitalisation urbaine, il est conçu comme un partenariat entre le privé et les pouvoirs publics.

Un autre immeuble comprenant 21 appartements et deux commerces se termine en vis-à-vis et une troisième phase, comprise dans le même périmètre de revitalisation urbaine, prévoit cinq logements moyens à construire en collaboration avec les habitations sociales du Roman Païs. En tout, l’investissement privé se monte à sept millions d’euros, pour 1,25 million venant des pouvoirs publics. Quand tout sera terminé, le processus de revitalisation urbaine se poursuivra un peu plus loin, sur le parking de la Cure, où sont également prévus des logements, des commerces et un parking souterrain. Juste à côté, c’est un projet strictement privé qui transformera le site de l’ancien lycée, dont la démolition est programmée dans deux ans.

De quoi changer le visage de tout le centre-ville, en sachant que la rénovation du parc du centre est également prévue pour 2010 et que le plateau de la gare va également être radicalement transformé dans les années à venir. "Nous voulons densifier le centre-ville, combler les dents creuses avec des logements de qualité", explique le maïeur, Vincent Scourneau. "Les appartements qui viennent d’être construits font 100 à 130 m2, dans de très beaux immeubles. On veut repeupler le centre, lui donner fière allure et instaurer une nouvelle dynamique."

C’est indéniable, les nouveaux immeubles qui sont construits dans le cadre de cette opération de revitalisation urbaine tranchent avec les maisons grises et les endroits peu esthétiques qu’ils vont faire disparaître du centre de Braine-l’Alleud. C’est voulu, l’idée est de proposer des logements de standing et des appartements dont la superficie offre au moins 100 m². Certains visent à accueillir des familles entières en proposant trois chambres. Encore faut-il avoir les moyens de se payer de telles surfaces dans le centre de Braine-l’Alleud, lorsqu’on connaît les prix pratiqués dans la commune. Les immeubles sont proposés par le secteur privé, et les promoteurs ont investi sept millions d’euros Quant aux logements qui seront construits en collaboration avec la société de logement du Roman Païs, il s’agit d’appartements classés logements moyens. De quoi prêter le flanc à une critique que le bourgmestre, Vincent Scourneau, entend souvent de la part de l’opposition : ce sont uniquement les nantis qui pourront profiter de ces immeubles modernes, bien situés, spacieux

"C’est sans doute vrai, mais la politique, c’est s’occuper de tout le monde", répond le maïeur brainois. "Et la réalité à Braine-l’Alleud, aujourd’hui, c’est que 80 % de la population est propriétaire de son logement. Le collège mène une politique sociale, bien entendu. Mais on peut aussi avoir envie de concrétiser des réalisations de standing, promouvoir un esprit de qualité qui donne une image dynamique du centre-ville, sans devoir toujours se draper dans de bonnes intentions "