De Blocry aux Facultés de Namur

Une nouvelle page se tourne pour la communauté chrétienne de Blocry, l’une des plus ferventes et des plus engagées en Brabant wallon. L’actuel curé, le P.Charles Delhez a en effet salué ses ouailles lors d’une longue mais fervente eucharistie d’action de grâces dimanche matin - voir aussi en pp 4 et 5 - avant de les retrouver pour d’ultimes agapes fraternelles.

Christian Laporte

Une nouvelle page se tourne pour la communauté chrétienne de Blocry, l’une des plus ferventes et des plus engagées en Brabant wallon. L’actuel curé, le P.Charles Delhez a en effet salué ses ouailles lors d’une longue mais fervente eucharistie d’action de grâces dimanche matin - voir aussi en pp 4 et 5 - avant de les retrouver pour d’ultimes agapes fraternelles.

A la demande de "sa" Compagnie de Jésus, le curé-journaliste bien connu devient l’aumonier des étudiants des Facultés Notre-Dame de la Paix à Namur. Cela faisait 8 ans et demi que le rédacteur en chef du journal "Dimanche" et membre de l’équipe de la Radio-Télévision catholique belge avait pris en mains la paroisse des Sts Marie et Joseph, pilotée jusque-là pendant près de 20 ans par une autre personnalité jésuite, le P.Etienne Amory qui à l’âge de la pension a relevé un autre joli défi, à savoir le parachèvement de l’implantation de la communauté de la Viale en Lozère.

En confiant l’aumônerie des Facultés universitaires de Namur au P.Delhez, la province francophone jésuite a voulu envoyer un signal fort : les disciples d’Ignace de Loyola restent bien impliqués dans l’institution universitaire à l’heure où elle va être dirigée, pour la première fois de son histoire, par un recteur laïc, le Pr Yves Poullet.

Voici un an donc, le P. Daniel Sonveaux, Provincial des Jésuites contactait Charles Delhez en lui proposant cette nouvelle mission dans la perspective d’admission à la retraite du recteur sortant le P. Michel Scheuer.

Charles Delhez (58 ans) qui siégera aussi à l’assemblée générale s’est dès lors imprégné de l’atmosphère des Facultés Notre-Dame de la Paix. Avec un intérêt particulier pour le CRU (Centre Religieux Universitaire), un lieu où les étudiants peuvent, une fois par semaine, partager un temps de prière, une écoute de la parole et l’eucharistie.

Interrogé par l’agence Cathobel, le P. Delhez a dit qu’il entendait "y insuffler un nouveau dynamisme. Il faut aller rejoindre les jeunes là où ils sont et autrement que par la sacramentalité immédiate". C’est que les jeunes "sacramentalisés" sont aujourd’hui, une minorité, "D’un point de vue religieux, la Belgique est un pays sinistré" commente le ci-devant ex-curé de Blocry.

"Je suis convaincu qu’il faut annoncer l’Evangile autrement. Ce que je veux faire, c’est réapprendre à célébrer autrement qu’avec l’eucharistie. Les moines ont des célébrations qui ne sont pas eucharistiques. Célébrer une messe pour un prêtre , c’est facile, tout est prévu. Autrement, il faut pouvoir faire preuve d’imagination. L’Evangile doit être annoncé dans ce milieu difficile mais pas pour autant hostile. Il doit entrer dans ce bouillon de culture qu’est une université."

Ainsi dit, ainsi fait, pour la messe de rentrée, le P.Delhez fera appel à Théo Mertens, auteur- compositeur mais aussi interprète de chants religieux. Avec cet invité, Charles Delhez veut faire chanter les jeunes tout comme les invitant à participer aussi à son homélie. Le P. Delhez va aussi s’investir dans l’enseignement à travers un cours de sciences religieuses destiné notamment aux étudiants de médecine. "Si je veux rencontrer les jeunes, je dois aller là où ils se trouvent, c’est-à-dire dans les auditoires ". A Blocry, il sera remplacé dès dimanche prochain par l’abbé Salvator Ntibandetse qui sera également vicaire des étudiants à LLN. On y reviendra