Brèves

Habitant Berchem-Sainte-Agathe et travaillant comme serveur à Waterloo, Samir n’avait rien à voir avec le braquage de l’établissement où il travaillait.

V.F.

Waterloo

Douze mois d’emprisonnement pour le serveur

Habitant Berchem-Sainte-Agathe et travaillant comme serveur à Waterloo, Samir n’avait rien à voir avec le braquage de l’établissement où il travaillait.

Interrogé par la police comme les autres membres du personnel, il a fait état de soupçons qu’il nourrissait envers un de ses collègues. En sachant que l’autre trempait dans des affaires pas claires puisqu’il lui achetait de la cocaïne. Au départ, il s’agissait de petites quantités mais on est progressivement arrivé à des livraisons pour des montants atteignant les 2 000 €. La déclaration vaut à Samir de se retrouver en correctionnelle pour vente de drogue dure. Et le souci, c’est qu’il a un gros antécédent judiciaire. Dans un dossier qui n’a rien à voir avec les stupéfiants, certes, mais la peine importante infligée lui enlève le droit à tout nouveau sursis. A l’audience, l’avocate de la défense s’était donc employée à démontrer au tribunal que son client, qui a retrouvé un travail, ne devait pas être remis en prison pour avoir fait l’erreur de répondre aux sollicitations d’un collègue. D’autant que, pour ce dossier stups, le juge d’instruction avait décidé de le laisser en liberté. Pas vraiment la vision du ministère public, qui s’étonnait qu’on puisse encore vendre de la cocaïne après avoir été condamné lourdement. Une peine d’emprisonnement et une forte amende avaient été requises. Le tribunal a tranché : Samir écope de 12 mois de prison et d’une amende de 27 000 €.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...