Cinq ambulances de l’ACS détruites

L’AS 380, qui permet de transporter des patients de soins intensifs, l’Unimog, une ambulance de réanimation tout terrain et une quinzaine d’autres véhicules sont alignés dans la cour du centre de secours 100 de La Hulpe.

So. De.
Cinq ambulances de l’ACS détruites
©D.R.

L’AS 380, qui permet de transporter des patients de soins intensifs, l’Unimog, une ambulance de réanimation tout terrain et une quinzaine d’autres véhicules sont alignés dans la cour du centre de secours 100 de La Hulpe. Le reste des véhicules sont toujours dans le hangar, mais noircis par la suie et couvert de décombres. Tous détruits par le feu. Dans la cour, les équipes de l’ASBL l’Amicale des corps de sauvetage, qui a créé et gère le centre, observent les dégâts, alors que la police est toujours sur les lieux.

C’est dans l’atelier de l’ACS qu’un incendie s’est déclaré hier matin, vers 5 h 30. "L’incendie a été découvert par une équipe qui rentrait d’intervention. Tout s’est déclenché en même temps, ils ont entendu une explosion, et l’alarme incendie s’est déclenchée, explique Arnold Félix, président de l’ACS. Les pompiers de Braine-l’Alleud sont intervenus, avec un renfort de leurs collègues d’Overijse. Ils ont tout de même mis une heure et demie pour circonscrire le feu. Bilan : le hangar ainsi que cinq ambulances et un véhicule de transmission ont été détruits lors de l’incendie. "C’était un incendie à risque, avec des bonbonnes d’oxygène, du carburant ", remarque Arnold Félix.

Les véhicules rendus inutilisables par le feu sont quatre ambulances médico-sanitaires, une ambulance de réanimation, ainsi qu’un véhicule de transmission utilisé lors des plans d’urgence. L’ACS possède au total 22 véhicules.

Mais le président de l’ACS rassure d’emblée : les activités de l’Amicale des corps de sauvetage ne seront pas handicapées par l’incendie, ni d’ailleurs de manière générale les secours en Brabant wallon. "Nous avons pris des mesures conservatoires. Tout d’abord au point de vue du remplacement des véhicules. Nous recevrons des véhicules en prêt de nos autres collègues ambulanciers, privés." En matière logistique, en tant que service communal concédé, l’ACS bénéficiera de l’appui de la commune de La Hulpe et de ses services techniques. Celle-ci mettra ses ateliers à disposition de l’ACS, et l’Amicale fera de même avec ses techniciens. Dans l’atelier brûlé, tout l’outillage, complet et spécialisé, a été détruit.

"Il n’y aura aucune perturbation des services de secours. Les véhicules d’aide médicale urgente ont été préservés. Il n’y aura donc pas de prêts d’ambulances d’aide médicale urgente, mais bien de véhicules médico-sanitaires, c’est-à-dire ceux utilisés pour emmener des gens à des consultations, pour des transferts vers les hôpitaux " De même, le bâtiment où sont gérés les appels n’est pas concerné par l’incendie. Une ambulance de réanimation a tout de même été brûlée. Celle-ci ne comprenait pas de matériel, et venait en réalité de subir un changement de moteur. Elle est apparemment à l’origine de l’incendie, qui serait accidentel. "A 99,9 %, ce serait un problème technique au niveau de cette ambulance. Sans doute un court-circuit ou une surchauffe dans ce nouveau moteur "

Pour Arnold Félix, l’événement "n’est pas une catastrophe, mais est fort ennuyant. Car l’ACS est géré par des bénévoles. Et cela occasionnera de la fatigue supplémentaire : il faura racheter des véhicules, les équiper, les modifier . La partie brûlée du hangar devra être démolie et reconstruire. Cela fera des démarches, des tracas et ça nous prendra du temps de l’opérationnel."

Les projets de développement de l’ACS ne sont pas remis en cause, notamment un futur hangar pour lequel la Province avait déjà alloué 250000 euros. La régie provinciale autonome accélérera aussi l’appel d’offre déjà prévu avant l’incendie pour une nouvelle ambulance. Les dégâts seront pris en charge par les assurances, mais Arnold Félix les évalue déjà, à première vue, à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...