1 étudiant sur 4 ivre une fois par semaine

L'Université catholique de Louvain vient de mener huit études parallèles sur la consommation d'alcool dans le milieu étudiant. Près de 7.000 étudiants ont été interrogés pour envisager des mesures concrètes de sensibilisation et enrayer les conséquences d'une consommation exagérée.

1 étudiant sur 4 ivre une fois par semaine
BELGA

Près de 7.000 étudiants ont été interrogés pour envisager des mesures concrètes de sensibilisation et enrayer les conséquences d'une consommation exagérée. Un des constats des études menées révèle une "corrélation significative et négative entre consommation d'alcool et performances académiques": plus la consommation d'alcool augmente et plus les performances académiques sont faibles. Le lien le plus fort à cet égard est observé entre la fréquence du binge drinking (consommation maximale en un minimum de temps) et l'échec en fin d'année académique.

L'UCL a mis en place, depuis plusieurs années, des formation pour les responsables de l'animation (cercles, régionales, etc.) et intègre cette année les responsables de baptême dans une formation spécifique rappelant notamment les conditions d'une fête moins risquée. Une charte imposant des animations de qualité lie également les responsables de l'animation étudiante.

De nouvelles pistes, à mettre en oeuvre dans une stratégie globale à définir avec l'ensemble des acteurs, sont envisagées: réduction du rôle de l'alcool dans la socialisation ou la détente, nouvelles approches préventives fondées sur les liens sociaux, site web permettant à l'étudiant de situer sa consommation par rapport à la norme, voire réduction de la disponibilité de l'alcool. Les données de l'étude réalisée seront réactualisées tous les trois ans pour adapter la sensibilisation à l'évolution des réalités du terrain.

Un étudiant sur quatre atteint l'ivresse au moins une fois par semaine

Un étudiant sur quatre atteint l'ivresse au moins une fois par semaine, et un peu plus d'un étudiant sur huit boit au moins quatre fois par semaine, avec une consommation hebdomadaire de onze verres. La consommation d'alcool est la plus forte entre le Bac 1 et le Bac 2, puis diminue ensuite. Ce sont quelques-uns des résultats de huit études menées en parallèle par des mémorants de l'UCL, qui ont voulu connaître l'ampleur de la consommation d'alcool dans le milieu estudiantin. Dans le cadre de ces études, 6.992 étudiants de l'UCL ont répondu à des questions sur le web. Le profil type de l'étudiant qui boit le plus est un étudiant de sexe masculin, âgé de 18 à 20 ans, résidant en kot et participant activement au folklore estudiantin.

Les études mettent en évidence que les étudiants associent davantage la consommation d'alcool à des effets positifs plutôt que négatifs: selon eux, elle renforce la socialisation et la relaxation. Les résultats de la recherche établissent aussi que les étudiants ont une perception exagérée de la consommation d'alcool de leurs congénères. Ce qui a pour conséquence qu'ils boivent davantage, pour être dans ce qu'ils perçoivent comme étant la norme.

Il est également établi que les étudiants koteurs développent une consommation moyenne d'alcool beaucoup plus élevée que ceux qui résident chez leurs parents, et cette consommation moyenne croît avec le nombre de cokoteurs.