Préserverses bannières

Jadis et bien davantage qu’aujourd’hui - la sécularisation est passée par là ! -les paroisses détenaient un patrimoine religieux éclectique avec des sculptures, des peintures des orfèvreries mais aussi divers ornements textiles Il se fait que les vêtements liturgiques tout comme les bannières, sont particulièrement sensibles aux variations climatiques et aux mauvaises manipulations. Et lorsqu’on les néglige, ils sont perdus pour toujours.

Christian Laporte

Wavre

J

adis et bien davantage qu’aujourd’hui - la sécularisation est passée par là ! -les paroisses détenaient un patrimoine religieux éclectique avec des sculptures, des peintures des orfèvreries mais aussi divers ornements textiles Il se fait que les vêtements liturgiques tout comme les bannières, sont particulièrement sensibles aux variations climatiques et aux mauvaises manipulations. Et lorsqu’on les néglige, ils sont perdus pour toujours.

Préoccupé par la sauvegarde des bâtiments et documents anciens, le Comité d’histoire religieuse du Brabant wallon - le Chirel - l’est aussi par cette dimension de sauvegarde des traces du passé.

Aussi Marie-Astrid Collet et son équipe ont-elles opportunément invité l’Institut royal du patrimoine artistique qui organise un module de conservation préventive d’ornements et textiles religieux et autres - nombre d’associations comme les fanfares ont aussi des bannières - à venir le présenter en Brabant wallon ce mardi 9 avril.

Au programme : une formation théorique le matin au Centre pastoral de Wavre et une formation pratique l’après-midi en la basilique de Basse-Wavre.

Comme l’IRPA n’a jamais présenté ce module dans la jeune province, le Chirel invite celles et ceux qui se préoccupent de cet autre patrimoine à les rejoindre.

Rens. : 010.23.52.79;fax : 010.24.26.92;chirel@bw.catho.be