Braine-l’Alleud: les commémorations de la Bataille de Waterloo? 10 millions d’euros

Le budget global de l’organisation de l’événement a un fameux coût.

Vincent Fifi
Braine-l’Alleud: les commémorations de la Bataille de Waterloo? 10 millions d’euros

L’intercommunale Bataille de Waterloo 1815, qui regroupe les quatre communes du champ de bataille et la province, est l’organisatrice des commémorations qui se dérouleront du 18 au 21 juin autour de la butte. Mais pour la gestion de l’événement proprement dite, elle a fait appel à des privés dont c’est davantage le métier, par le biais d’un marché remporté début 2014 par VO Communication.

L’intercommunale a engagé de son côté 1,6 million d’euros. Elle est surtout l’organisatrice du spectacle inaugural, Inferno, créé par le metteur en scène Luc Petit. Le partenaire privé, lui, a pris en charge les aspects pratiques, la mobilité, la communication, le merchandising, la billetterie, certains aspects concrets en matière de sécurité.

C’est lui qui se démène donc pour trouver des tribunes en suffisance ou des plaques à placer dans les champs afin d’éviter que les véhicules s’embourbent, qui négocie les contrats divers…

Les deux budgets, cumulés, frôlent un total de 10 millions d’euros. Avec quel bénéfice espéré ? Mystère. Officiellement, le point d’équilibre ne serait pas si évident que cela à trouver, malgré le nombre impressionnant de visiteurs attendus sur place et la vitesse stupéfiante à laquelle il y a quelques semaines, 8 000 places supplémentaires pour les reconstitutions ont été réservées via Internet.

C’est que les dépenses en matière de sécurité ont considérablement gonflé le budget. L’événement, vu la foule attendue, a été classé en niveau 2. Et à certains moments, avec la présence de chefs d’État, on passera en niveau 3.

Ces augmentations de coût, dont personne n’avait prévu l’ampleur au départ, ont parfois sérieusement refroidi le climat entre l’ASBL et son partenaire privé. Mais une fois embarqué sur le même bateau, il faut continuer jusqu’à destination en espérant arriver à bon port sans trop de casse…

Au niveau de l’ASBL, l’administrateur-délégué Vincent Scourneau estime que vouloir réaliser un bénéfice sur un tel événement n’a pas trop de sens. L’objectif auquel s’accrochent les organisateurs est surtout d’éviter les pertes.

Pour le reste, il s’agit surtout de fournir aux milliers de spectateurs un rendez-vous unique, donc de grande qualité et avec un accueil qui sera à la hauteur. Cette réussite espérée pourrait alors booster dans un second temps l’avenir du site, et donc du tourisme dans la région.