Plaine de Boneffe : le projet éolien divise

Le collectif Plaine de Vie brandit déjà la menace d’un 3e recours.

Y. N.
page mons/eoliennes de Quievrain
page mons/eoliennes de Quievrain ©avpress

Il y a quelques semaines, le groupe Eneco Wind, spécialisé dans la construction d’éoliennes, a introduit une demande de permis pour la création de douze éoliennes sur les communes d’Eghezée, Orp-Jauche et Ramillies, sur la plaine de Boneffe. Une troisième estocade, les deux premiers permis octroyés par le ministre de l’Aménagement du Territoire de l’époque, Philippe Henry, ayant été recalés au Conseil d’Etat.

Selon Eneco, le projet permettrait d’assurer la consommation de 20 000 ménages, soit davantage que les populations cumulées des trois communes concernées. Un projet qui a été modifié pour répondre aux normes de proximité avec les habitations et mieux protéger la biodiversité et l’avifaune.

Un site majeur en Région wallonne

L’enquête publique se termine ce vendredi. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que le projet divise. D’un côté, on retrouve ceux qui soutiennent le projet (lire ci-après) et, de l’autre, ceux qui le condamnent. C’est le cas du collectif Plaine de Vie, déjà actif lors des premières tentatives d’Eneco.

"Le Conseil d’Etat a annulé les deux demandes de permis précédentes pour deux motifs principaux : le caractère non compensable de l’impact du projet sur l’avifaune riche de la plaine de Boneffe et le dépassement des limites de bruit en ce qui concerne les nuisances sonores occasionnées par l’exploitation du parc éolien, précisent les responsables du collectif. A peine la dernière décision du Conseil d’Etat fut-elle prise, que le promoteur Eneco Wind a introduit une nouvelle demande de permis, qui se réduit à un complément à l’étude d’incidences de 2010."

Selon le collectif Plaine de Vie, Natagora & Aves ont confirmé leur opposition au projet et ce, malgré les efforts consentis par le promoteur qui propose des mesures de compensation sur 41 hectares. "La plaine de Boneffe est reconnue comme site majeur en Région wallonne pour l’observation d’oiseaux dont des espèces rares et protégées. Le nombre de projets de parcs éoliens en Hesbaye est proche d’un record avec plus de 104 éoliennes dans un rayon de 15 km autour de la plaine ! Ce qui ferait disparaître les uns après les autres les espaces pouvant accueillir les haltes migratoires. Ce site est unique en Wallonie et la zone centrale de la plaine devrait faire prochainement l’objet d’une classification en site de grand intérêt biologique."

Le bras de fer continue

Quant aux nuisances sonores, le collectif Plaine de Vie craint que le fait que le promoteur seul décide quand brider ses éoliennes nuise grandement à la qualité de vie des riverains.

Enfin, le groupe craint que l’installation de ces moulins soit la porte ouverte à un parc éolien plus vaste, à l’instar de ce qui se fait à Perwez. "Avec 5 éoliennes au départ, le site est en passe de compter 29 éoliennes après de nombreuses extensions…"

On l’aura compris, le bras de fer entre Eneco et Plaine de Vie continue. Et le collectif brandit déjà la menace d’un troisième recours si le permis venait à être accordé : "Ce bras de fer dure depuis 7 ans et risque de se prolonger encore quelques mois, voire quelques années."