Grez-Doiceau: L’aménagement de Biez refait surface

Mardi, le conseil se penchera sur l’approbation du PCA provisoire.

Laurent Saublens
Grez-Doiceau: L’aménagement de Biez refait surface

Le Plan communal d’aménagement de Biez sera au menu du conseil communal de mardi. Il s’agit d’un projet d’aménagement urbanistique qui concerne la zone autour du préventorium. Elle entre dans une phase décisive : celle de son adoption provisoire au conseil communal, adoption suivie par une enquête publique. Forcément, un tel dossier fait couler beaucoup d’encre et suscite des réactions chez les riverains.

Avant cette séance du conseil, la bourgmestre Sybille de Coster-Bauchau a accepté de faire le point sur ce dossier qui dure depuis un bon bout de temps. "On a d’abord évoqué cinq six blocs d’appartements puis un centre de tennis avec des infrastructures sportives. Aujourd’hui, l’orientation est tout à fait différente."

Le conseil doit donc adopter provisoirement le PCA, le code est très strict sur le sujet. Un rapport sur les incidences environnementales (RIE) est déjà passé au conseil. Un rapport de fait et de droit ainsi que des options et prescriptions urbanistiques sont nécessaires. "Le RIE a étudié et évalué le site afin de voir si ce qui est prévu par l’auteur du projet est conforme à ce que le site peut prévoir. Le dossier est resté longtemps à la Région wallonne à Namur. Mais après quelques adaptations, on connaît donc à présent les grandes options."

La mobilité ne sera pas oubliée

Tout d’abord, la volonté d’ouvrir le site du préventorium vers le village via un réseau de promenades et une plaine de jeux intergénérationnelle. "Ensuite, il s’agit de voir ce qui peut être développé autour des deux activités sur le site : les personnes âgées et l’école. Une résidence-services est envisagée avec cinquante logements pour personnes âgées autour de la maison de repos actuelle. Il s’agit de réaliser une mutualisation des frais sur un site approprié. Par ailleurs, on prévoit un agrandissement possible de l’école au cas où la demande dépasserait l’offre."

Mais un autre développement intéresse particulièrement les riverains : la zone derrière le cimetière. "Dans la partie haute, il est proposé quatorze habitations unifamiliales. Il est aussi prévu à côté de l’avenue des Sapins un petit immeuble collectif avec appartements. En contrebas, il n’y aura pas de construction pour privilégier et garder un paysage assez beau."

La mobilité n’est pas oubliée. Un accès via l’avenue Félix Lacourt est prévu pour tout ce qui est scolaire. A l’issue du conseil, la bourgmestre rencontrera les habitants de Biez. Il y aura une réunion d’information puis l’enquête publique.

Les riverains seront attentifs

Pour les Amis de la Butte de Biez, collectif qui prend à cœur de défendre les intérêts des locaux, la vigilance est de mise comme l’indique Philippe Dendoncker : "Un premier rendez-vous à ne pas manquer est celui du conseil communal de mardi prochain, 27 octobre : il nous permettra d’évaluer les éventuelles modifications apportées au Plan suite aux remarques du fonctionnaire délégué de la Région wallonne. Nous déciderons rapidement aussi d’éventuelles actions à entreprendre pour manifester nos souhaits et pour donner efficacement notre avis lors de l’enquête publique."

Et l’homme d’émettre anticipativement certains regrets : "On déplore le manque de contacts. Ce que nous reprochons, c’est que la commune a pris le parti du promoteur à nos yeux. On va donc mettre en place une campagne PCA : voir ou construire, il faut choisir ! Nous avons deux souhaits : préserver le patrimoine paysager et donner l’accès au logement à loyer modéré." Saul