Un rassemblement contre la haine à Louvain-la-Neuve

Près de 500 étudiants et citoyens réunis sur la place de l’Université.

Nicolas Sohy
Un rassemblement contre la haine à Louvain-la-Neuve

L’horloge indique midi quand le personnel de l’UCL se réunit dans l’escalier menant aux Halles universitaires sur la place de l’Université lundi. Quelques étudiants, des professeurs, mais aussi le recteur de l’université, Vincent Blondel, sont là, la tête basse, sans mot dire.

Une minute plus tard, ce dernier rompt le silence : "Merci à tous d’être venus manifester votre solidarité et d’avoir rendu hommage aux victimes des attentats et à leurs familles. Et je vous demande de poursuivre votre vie de manière libre !"

C’est toutefois toute la ville universitaire qui est restée dans le calme. "J’ai effectivement invité tous les sites de l’université - les auditoires mais aussi les autres lieux de travail - à respecter ce silence d’une minute, poursuit le recteur avant de rappeler le rôle essentiel de l’UCL dans la lutte contre le terrorisme. Nos experts et chercheurs ont en effet le rôle difficile mais essentiel d’éclairer le monde sur ces maux. Chaque université a une responsabilité citoyenne."

Quelques minutes plus tard, sur cette même place, c’est l’Association générale des étudiants (AGL), par la voix du secrétaire générale de la Fédération des étudiants francophones (Fef) Merlin Gevers, qui a invité l’ensemble des étudiants, mais aussi de tous les citoyens qui le souhaitaient, à venir habillés en noir, apportant des bougies ou des écriteaux aux messages rassurants, pour rendre hommage aux victimes des attaques terroristes. "Ce qui s’est passé à Paris a été l’élément déclencheur, c’est certain, confie Merlin Gevers. Mais le but de ce rassemblement est d’exprimer nos émotions pour toutes les victimes, de Paris à Beyrouth."

La Fef, en réunion vendredi soir au moment des attentats parisiens, a ainsi décidé d’ouvrir un espace de parole pour tous les étudiants. "Il y a eu beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux, pas toujours les meilleures. On a rapidement observé des discours de haine. On a donc décidé d’utiliser les valeurs démocratiques pour contrer ces paroles indésirables et ces amalgames."

Ainsi, à 13h lundi , la place de l’Université était pleine à craquer tant les citoyens louvanistes étaient nombreux à brandir des pancartes "Tous unis contre la haine", "Je suis Paris" ou "Stop amalgames".

Au total, malgré la pluie battante, près de 500 personnes sont venues assister au rassemblement. Et ont, une nouvelle fois, respecté une minute de silence.